Hockey sur glace: «À Ambri, on a vraiment la poisse»
Publié

Hockey sur glace«À Ambri, on a vraiment la poisse»

Rarement blessé lors des 11 premières saisons de sa carrière, Benjamin Conz n’a pas été épargné par les pépins physiques depuis deux ans à Ambri. Touché au genou droit, on ne le reverra pas avant 2021.

par
Cyrill Pasche
Blessé au genou droit, Benjamin Conz a dû quitter la glace au troisième tiers samedi contre GE Servette. On ne le reverra pas avant 2021.

Blessé au genou droit, Benjamin Conz a dû quitter la glace au troisième tiers samedi contre GE Servette. On ne le reverra pas avant 2021.

KEYSTONE

Une longue absence suite à une opération d’une hanche durant l’été 2019. Puis une blessure aux adducteurs à son retour au jeu en fin d’année dernière qui l’avait empêché de participer à la Coupe Spengler. Au total, seulement 19 matches de saison régulière durant l’exercice 2019-2020 pour un gardien qui était habitué à en disputer une quarantaine par saison jusqu’ici.

Dernier épisode samedi face à Genève: une lésion du ligament interne collatéral du genou droit. Deux mois d’absence.

Difficile toutefois de mettre ces blessures à répétition sur le compte de l’âge, fait-on remarquer à Benjamin Conz. Le portier jurassien d’Ambri rigole. En effet, il fait certes partie des meubles en National League (13 saisons au plus haut niveau), mais il n’a que 29 ans. C’est encore jeune, pour un gardien de but. «C’est la poisse, je suppose. Durant mes onze premières saisons, je n’avais jamais été blessé, ou en tout cas pas pour de longues périodes. J’avais eu une commotion qui m’avait fait manquer deux matches lorsque j’étais à Fribourg. J’avais aussi dû faire l’impasse sur un autre match parce que j’étais malade. Sinon, rien. Ces récentes blessures, c’est un peu à l’image d’Ambri: question blessures, on a vraiment la poisse ces deux dernières saisons.»

Pas d’opération nécessaire

Conz s’est blessé au début de la troisième période samedi lors de la victoire 2-1 contre GE Servette à la Valascia. La veille à Rapperswil, il avait encore réalisé une parade phénoménale qui avait fait le tour des réseaux sociaux.

«Les Genevois étaient en power-play, se souvient-il. J’ai fait un arrêt tout à fait normal en position de papillon, mais j’ai mis du poids sur mon genou et j’ai immédiatement senti un craquement.» Diagnostic: lésion du ligament interne collatéral du genou droit et deux mois de pause forcée.

Avant que son genou ne craque, le Jurassien tenait la grande forme. «La bonne nouvelle est que cela ne nécessitera pas d’opération, relativise-t-il. Pour un gardien toutefois, il est plus compliqué de se remettre de ce genre de blessure que pour un joueur. Le problème est que je ne peux pas jouer avec une attelle au genou, ce qui aurait pour conséquence d’entraver mes mouvements.»

Le club et moi-même sommes d’accord sur le fait de prolonger notre entente. Il reste encore un peu de paperasse à régler, mais nous sommes sur la bonne voie.

Benjamin Conz, sur le point de prolonger son contrat avec Ambri

Ne reste donc plus qu’à s’armer de patience et de se soumettre aux séances de physiothérapie pour relancer la machine le plus rapidement possible. «Je commence la physio jeudi à Biasca. J’espère revenir au jeu plus vite que prévu, mais ce ne sera plus possible cette année malheureusement. Après mon opération de la hanche l’année passée, j’aurais dû être éloigné des patinoires durant six mois, mais j’avais réussi à effectuer mon retour bien plus tôt que prévu. Je vais tout faire pour me remettre rapidement.»

Prolongation de contrat en vue

En fin de contrat avec Ambri en 2021, le Jurassien est en passe de finaliser un nouveau deal avec le club léventin. Après s’être récemment séparé de son agent, il négocie désormais lui-même les termes de son prochain contrat. «Cela fait un moment que nous sommes en discussion avec Ambri, mais tout a été retardé à cause du Covid. Le club et moi-même sommes toutefois d’accord sur le fait de prolonger notre entente. Il reste encore un peu de paperasse à régler, mais nous sommes sur la bonne voie.»

Avec la perspective de faire partie du groupe qui découvrira la nouvelle patinoire de la Valascia dès la saison prochaine. «Si cela avait été dans l’ancienne, cela ne m’aurait pas dérangé non plus. J’ai toujours adoré jouer dans la Valascia, même si elle est vétuste. Un nouveau chapitre va s’ouvrir avec le nouveau stade et cela sera excitant pour tous de pouvoir travailler dans des infrastructures modernes.»

Votre opinion

2 commentaires