Publié

BanquesA Berne, le projet de holding lancé par UBS passe bien

UBS veut séparer des activités en Suisse du reste du monde par le biais d'une filiale. Le projet suscite l'intérêt de la classe politique.

par
Pascal Schmuck
Zurich
1 / 5
Christoph Blocher, vice-président de l'UDC. «Notre parti exige depuis longtemps une telle mesure, et je suis positivement surpris qu'une grande banque comme UBS empoigne ce problème. Une structure de holding avec des filiales suisse et américaine pourrait nettement réduire les risques des activités aux Etats-Unis. Un découpage régionale serait ainsi encore plus important qu'une scission de la banque d'investissement.»

Christoph Blocher, vice-président de l'UDC. «Notre parti exige depuis longtemps une telle mesure, et je suis positivement surpris qu'une grande banque comme UBS empoigne ce problème. Une structure de holding avec des filiales suisse et américaine pourrait nettement réduire les risques des activités aux Etats-Unis. Un découpage régionale serait ainsi encore plus important qu'une scission de la banque d'investissement.»

Keystone
Caspar Baader, conseiller national UDC. «Je salue la filialisation des fonctions importantes dans une entité suisse et la structure de holding qui en découlerait. Il est important que la Suisse ne passe pas à la caisse pour des pertes essuyées à l'étranger.»

Caspar Baader, conseiller national UDC. «Je salue la filialisation des fonctions importantes dans une entité suisse et la structure de holding qui en découlerait. Il est important que la Suisse ne passe pas à la caisse pour des pertes essuyées à l'étranger.»

Keystone
Keystone

UBS travaille actuellement sur un projet de scission de ses activités sur une base géographique, ce qui pourrait aboutir à la création d'une filiale en Suisse. Celle-ci serait destinée à mettre à l'abri des activités jugées essentielles pour le pays, et suscite l'intérêt des politiciens.

Votre opinion