Athlétisme: A Doha, Sarah Atcho n'a rien à perdre

Publié

AthlétismeA Doha, Sarah Atcho n'a rien à perdre

La Vaudoise dispute les séries du 200m ce lundi aux Mondiaux de Doha, dernier chapitre de la saison la plus difficile de sa carrière.

par
Ugo Curty
Doha
«Je suis la dernière personne qu'on attend cette année, alors pourquoi pas réussir quelque chose de bien?»

«Je suis la dernière personne qu'on attend cette année, alors pourquoi pas réussir quelque chose de bien?»

Jean-Christophe Bott, Keystone

Il y a un mois, Sarah Atcho quittait la Schützenmatte de Bâle les yeux encore rougis par les larmes. Sa médaille d'argent sur le 200m des championnats suisses avait tout d'un échec pour la Vaudoise. Sa tristesse s'expliquait surtout par un chrono en-dessous de ses standards (23''33). «C'est le niveau que j'avais en 2015, avait-elle précisé, sans pouvoir retenir son émotion. Pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi bien. Il doit y avoir un blocage.»

Des séances avec une coach mentale

C'est une Sarah Atcho tout sourire qui s'est présentée devant la presse dimanche, dans un salon de l'hôtel des Suisses. N'ayant pas réussi les minimas, la Vaudoise a été repêchée grâce à son classement mondial pour disputer le 200 mètres à Doha. «Ces championnats suisses ont été une grosse claque, se souvenait la sprinteuse. Je ne comprenais pas pourquoi je n'arrivais pas à transformer en course ce que je faisais à l'entraînement.»

Si les jambes sont là, c'est la tête qui ne suit pas. «C'est la première fois de ma carrière que je connais une telle phase. Je collabore avec une coach mentale depuis cet été. Cela m'aide beaucoup. Il faut désormais du temps pour que cela porte ses fruits, même si j'aurais aimé que ce soit le cas tout de suite.» Pour la Romande, la course est devenue une échéance difficile à appréhender, le synonyme d'un échec annoncé. «On travaille justement cette appréhension. J'apprends aussi à rester plus centrée sur moi, que ce soit en course ou à l'échauffement. J'avais trop tendance à regarder ce qu'il se passait autour de moi.»

Face à Ta Lou et Schippers

A 16h05 (heure suisse), Sarah Atcho sera au départ de la première série du 200m dans le stade Khalifa. Une course où figure également l'Ivoirienne Marie-José Ta Lou (médaillée de bronze sur 100m dimanche) et la double championne du monde néerlandaise Dafne Schippers (incertaine après son abandon avant la finale du 100m). «Je devrai être à fond dès le début, a déclaré la Suissesse. Pour passer en demies, je dois réussir une course parfaite.»

Après une saison aussi compliquée, la pression est moindre sur la Vaudoise pour qui une qualification au stade suivant serait déjà un petit exploit. «Je suis la dernière personne qu'on attend cette année, alors pourquoi pas réussir quelque chose de bien?», (s')interrogeait-elle dimanche. Une pointe d'optimisme qui s'explique aussi par un camp d'entraînement très réussi à Belek (Turquie), avant de rejoindre Doha. Il s'agira désormais pour elle de réussir en course ce qu'elle démontre durant ses séances de travail. Face à l'inconnue, Sarah Atcho n'a rien à perdre.

Ton opinion