Actualisé 19.02.2019 à 11:03

À Genève, des gilets jaunes qui se veulent très propres en ordre

Humeur

Quelque 3000 à 5000 Français devraient manifester ce mercredi au bout du lac. Les consignes semblent sorties d'un office fédéral tatillon.

par
Renaud Michiels
Pour leur passage à Genève, les gilets jaunes français entendent montrer leur meilleur visage.

Pour leur passage à Genève, les gilets jaunes français entendent montrer leur meilleur visage.

AFP

Les gilets jaunes? Un mouvement sauvage gangrené par des casseurs et autres individus violents, racistes, homophobes ou antisémites? Ceux qui viendront mercredi à Genève à la place des Nations entendent montrer un tout autre visage. Un visage policé, pacifique, respectueux. Celui de gentils manifestants qui entendent laisser la Suisse aussi propre qu’ils l’auront trouvée en entrant.

Organisateur de l’événement, le Savoyard d’Albertville Nico Mollier a dit et répété sa volonté d’une action «extrêmement pacifiste et sans heurt». À tel point que l’immense liste de consignes qu’il a publiée sur Facebooksemble sortie d’un office fédéral sourcilleux.

Respect, respect et encore respect

Il annonce une minute de silence qui sera «à respecter». L’horaire, de 10 à 12 heures, sera également «à respecter» scrupuleusement. Comme toutes les «directives des forces de l’ordre ou tout autre service officiel» et le cantonnement dans «la zone octroyée».

Pas question non plus d’enquiquiner de l’indigène. «Les piétons ne devront pas être importunés ou se sentir contraints de répondre ou de participer d’une manière quelconque à une discussion à laquelle ils ne souhaiteraient pas prendre part», lit-on. Et «toute forme abusive de prosélytisme (démarchage, forcer ou susciter l’adhésion au mouvement) est interdite sur la voie publique.»

Pas touche à la Broken Chair

Exclu également de peser sur la fluidité du trafic, qui n’est déjà pas bien fluide à Genève. «Le trafic routier, notamment celui des lignes des Transports Publics Genevois ne devra pas être perturbé par la manifestation», est-il indiqué. D’ailleurs: «aucun véhicule n’est autorisé à stationner sur la place des Nations; ceux-ci devant être parqués conformément aux règles générales de la circulation routière.»

L’organisateur tient aussi à assurer l’intégrité physique de la célèbre sculpture locale. «Il est strictement interdit d’escalader la Broken Chair», souligne-t-il. Et «aucun élément ne devra être accroché ou suspendu à la Broken Chair».

Le spectre des coulures

Reste le chapitre propreté, dont un délicieux passage sur les coulures de bougies. «Le site devra être laissé propre et en parfait état à la fin de la présence des manifestants», est-il indiqué. Puis: «En cas d’utilisation de bougies, toutes les précautions utiles devront être prises pour empêcher les coulures de cire sur le sol.» Après réflexion et devant le spectre de ces terribles coulures, Nico Mollier tranche d’ailleurs finalement: «Des bougies oui pour rendre hommage aux victimes, mais uniquement des bougies électriques.»

Bref, ces gilets jaunes de passage à Genève semblent vouloir se montrer plus suisse que les Suisses. Reste à savoir si toutes ces règles seront respectées sur le terrain. Mais si c'est le cas les manifestants auront marqué des points s'ils entendent nous demander l’asile politique…

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!