Afghanistan - À Kandahar, les marchands d’armes ne connaissent pas la crise
Publié

AfghanistanÀ Kandahar, les marchands d’armes ne connaissent pas la crise

Les marchands d’armes de Kandahar ont vu leurs stocks augmenter depuis la prise du pouvoir par les talibans. Entre revente et récupération, ils disposent d’un large arsenal.

Les talibans ne laissent personne d’autre acheter ces armes.

Les talibans ne laissent personne d’autre acheter ces armes.

AFP

Si depuis le retour des talibans de nombreux commerçants afghans se rongent les sangs, inquiets pour leur survie sous le nouveau régime, Khan Mohammad, marchand d’armes dans la province de Kandahar, continue de garder le sourire. Et pour cause: sa petite entreprise, coincée entre une pharmacie et un magasin de bric-à-brac dans le district de Panjwai, ne semble pas connaître la crise et reste achalandée.

Devant des vestes de camouflage militaires et des cartouchières suspendues aux murs, Khan Mohammad montre tour à tour ce qu’il a en stock: pistolets Smith & Wesson, mitrailleuses, ceintures de munitions… À l’intérieur d’un présentoir en verre, des pistolets, des grenades, des talkies-walkies ou encore des bocaux remplis de munitions.

Avec le retour du mouvement islamiste au pouvoir et le départ des dernières troupes américaines du pays le 30 août, de nombreux propriétaires d’armes ont estimé qu’ils n’en avaient plus besoin, explique le commerçant. Résultat, «les gens qui avaient des armes depuis des années chez eux nous les apportent».

Armes revendues aux talibans

«On les achète et on les revend (…) aux moudjahidines (taliban, ndlr)», poursuit-il, précisant que les talibans ne laissent personne d’autre acheter ces armes.

Outre les armes, Khan Mohammad propose également à la vente toute une série d’accessoires, des casquettes de baseball blanches sur lesquelles la profession de foi musulmane est imprimée aux drapeaux blancs du mouvement taliban.

Un autre stand du marché, orné celui-ci de drapeaux talibans et de photographies des principaux dirigeants du mouvement, propose, lui, des fusils d’assaut – des variantes de l’AK-47 ainsi que des M4 et M16 fabriqués aux États-Unis, et même des mitrailleuses légères.

Arsenal

Pendant des années, les talibans se sont procuré des armes et des munitions sur le marché noir. Ils ont également récupéré des armes et des équipements retrouvés sur le champ de bataille, selon l’ONU et des observateurs occidentaux.

Un arsenal considérable qui s’est encore étoffé avec la récente déroute des forces afghanes lors de l’offensive militaire éclair des talibans qui s’est achevée le 15 août à Kaboul.

Les talibans possèdent donc désormais non seulement des armes d’infanterie de fabrication américaine, mais également des équipements et des véhicules de pointe, notamment des humvees, des véhicules blindés de transport de troupes, et au moins un hélicoptère Black Hawk en état de marche.

Les vendeurs ont des stands sur le marché de Panjwai.

Les vendeurs ont des stands sur le marché de Panjwai.

AFP

Parallèlement, ils continuent d’acheter les armes qui refont régulièrement surface sur le marché, dans des magasins comme celui tenu par Khan Mohammad. Après avoir gardé pour eux le meilleur du butin retrouvé sur les bases militaires afghanes ou occidentales, ils revendent tout le matériel et l’équipement restants.

Sur le marché poussiéreux de Panjwai, tout ce qui avait été récupéré par les combattants talibans sur la base du district était ainsi à vendre. «On a acheté toutes ces choses aux talibans après leur prise de la base militaire afghane», souligne un vendeur, Murtaza. «Maintenant on vient sur le marché pour les vendre».

Version originale publiée sur 20min.ch

(AFP)

Votre opinion