Actualisé 16.02.2014 à 11:29

UkraineA Kiev, l'ambassadeur suisse joue les médiateurs

Les opposants ukrainiens ont commencé dimanche à évacuer la mairie de Kiev, haut lieu de la contestation. Depuis décembre, ils occupaient ce bâtiment. L'ambassadeur de Suisse en Ukraine joue les médiateurs.

1 / 128
L'opposante Ioulia Timochenko a déclaré dimanche qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre. (23 février 2014)

L'opposante Ioulia Timochenko a déclaré dimanche qu'elle n'était pas intéressée par le poste de Premier ministre. (23 février 2014)

Keystone
Le clan du président déchu Ianoukovitch (photo) est visé par deux mandats d'arrêts, un contre l'ex-ministre ukrainien des Revenus Oleksander Klimenko et un autre à l'encontre de l'ex-procureur général Viktor Pchonka. (23 février 2014)

Le clan du président déchu Ianoukovitch (photo) est visé par deux mandats d'arrêts, un contre l'ex-ministre ukrainien des Revenus Oleksander Klimenko et un autre à l'encontre de l'ex-procureur général Viktor Pchonka. (23 février 2014)

Keystone
Le président du Parlement Olexandre Tourtchinov devient président de l'Ukraine par intérim, en remplacement de Viktor Ianoukovitch, destitué samedi (23 février 2014).

Le président du Parlement Olexandre Tourtchinov devient président de l'Ukraine par intérim, en remplacement de Viktor Ianoukovitch, destitué samedi (23 février 2014).

Keystone

L'ambassadeur Christian Schoenenberger a expliqué que «l'évacuation de la mairie devait se faire en deux phases». Dans un premier temps, «un groupe d'observateurs internationaux, sous l'égide de la Suisse, qui assure la présidence tournante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a repris symboliquement le bâtiment. Ensuite, dans une seconde phase, le bâtiment évacué doit être transmis dans la matinée à la municipalité de Kiev», a-t-il résumé.

«La Suisse a été invitée par les deux parties en conflit à participer au processus de transfert de la mairie aux autorités», a encore précisé l'ambassadeur.

«La mairie est pratiquement évacuée», a déclaré pour sa part à l'AFP le «commandant» des lieux Rouslan Andriïko.

Lieu symbolique

La mairie, prise d'assaut le 1er décembre et transformée en «QG de la révolution», est un lieu très symbolique de la contestation tout comme le Maïdan, place centrale de Kiev occupée depuis la volte-face pro-russe du pouvoir fin novembre au détriment d'un rapprochement avec l'Union européenne.

Son évacuation était une condition clé pour l'application de la loi d'amnistie à l'égard de 234 manifestants qui ont été libérés, mais qui sont toujours inculpés de crimes passibles de peines allant jusqu'à 15 ans de prison.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!