17.08.2018 à 16:06

FootballA Köniz, l’entraîneur est aussi le président

Ancien gardien d’YB, Bernard Pulver s’impose comme l’homme à tout faire du club bernois de Promotion League, qui défie Sion samedi soir.

von
N.Jr
Bernard Pulver (à gauche) et Köniz avaient été sortis au stade des quarts de finale par Lugano en 2015.

Bernard Pulver (à gauche) et Köniz avaient été sortis au stade des quarts de finale par Lugano en 2015.

Keystone

«Dans ce club, je ne crois pas qu’il y ait un rôle que je n’ai pas tenu...» A Köniz, Bernard Pulver, l’ancien gardien de Young Boys où il a fait l’essentiel sa carrière jusqu’à sa retraite sportive en 1998, est un peu l’homme à tout faire. Depuis trois ans, il en est à la fois le président et l’entraîneur - un cumul des fonctions qui n’empêche pas le dirigeant d’être critique envers lui-même.

«Ce n’est bien sûr pas l’idéal, et je travaille à trouver une autre solution pour ce qui est de ma place sur le banc, explique l’homme à la double casquette. Cela fait 18 ans que je l’occupe, ça suffit. Mais s’il le fallait et que la situation l’exigeait, je pourrais me virer.» Cela s’était du reste déjà produit voici moins d’une année lorsque Pulver avait de lui-même pris du recul après une déculottée contre Stade Nyonnais (7-0).

«Sion demeure l’incontestable favori»

Samedi soir dès 19h, au moment d’accueillir le FC Sion pour le compte de la Coupe, Pulver (54 ans), s’étant depuis lors repiqué au jeu, sera à nouveau installé sur le banc du pensionnaire bernois de Promotion League. Avec la ferme intention de créer la surprise. «Sion demeure l’incontestable favori, reprend-il. Il faudra que l’on soit à 120% de nos moyens et espérer que les Valaisans soient dans un très mauvais jour... L’objectif sera de tenir le 0-0 le plus longtemps possible, et qui sait.»

Au bord de la touche, l’ancien portier fait équipe avec son adjoint qui n’est autre que l’ex-défenseur et international vénézuélien Gabriel Urdaneta (42 ans). Celui-ci, on s’en souvient, avait écumé les pelouses de Swiss Football League jusqu’en 2006, en passant successivement par Lucerne, Lugano, Kriens, Young Boys et enfin Vaduz. Problème: Urdaneta ne possède pas encore les papiers requis pour entraîner à ce niveau. D’où l’aide administrative offerte par son président...

Exploits précédents

Avec Bernard Pulver, qui gardait la cage d’YB lors de l’historique finale de 1991 contre Sion, Köniz a déjà signé plusieurs exploits en Coupe de Suisse, notamment quand il avait éliminé Grasshopper en 2015 (3-1 en 1/16es de finale) avant de se hisser jusqu’en quart de finale où il avait été sorti par Lugano après prolongations (0-2). Une année plus tard, les banlieusards bernois s’étaient offert Lausanne au deuxième tour, des visiteurs vaudois battus 3-1 au stade Liebefeld. Et la saison dernière, Köniz n’avait craqué qu’à la 93e devant Lugano (0-1, Gerndt).

Voilà donc le FC Sion prévenu des dangers qui pourraient l’attendre si le club valaisan ne prenait pas son déplacement avec tout le sérieux qui paraît devoir s’imposer.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!