Football - A la Pontaise, chaque spectateur repartira avec des pommes
Publié

FootballA la Pontaise, chaque spectateur repartira avec des pommes

Dans l’espoir de booster une audience confidentielle, le SLO profitera de la venue du FC Aarau vendredi soir pour offrir des pommes à son public. Le club lausannois vise ouvertement la montée.

par
Nicolas Jacquier
Serge Duperret a préparé ses cageots de pommes de la région.

Serge Duperret a préparé ses cageots de pommes de la région.

NJR

Avec 16 points engrangés qui l’ont installé sur le podium provisoire de la Challenge League, le SLO a réalisé un premier tour prometteur en faisant un candidat déclaré à la promotion. Mais le club lausannois reste confronté à un gros problème de visibilité: il n’a pas de public, avec des affluences confidentielles (306 spectateurs de moyenne cette saison) le condamnant à évoluer devant des tribunes vides. Alors même que son jeu, l’un des plus séduisants du pays, mériterait autre chose que de l’indifférence…

Aussi, afin de sortir quelque peu de l’anonymat et inciter les spectateurs potentiels à venir le soutenir, le nouveau locataire de la Pontaise a choisi de varier son offre. Première mesure, une action «pomme, lancée ce vendredi soir (20h30) à l’occasion de la venue du FC Aarau pour ce qui sera l’un des chocs de la 10e journée.

Distribution au coup de sifflet final

L’idée émane de Serge Duperret, chargé de booster l’audience dun SLO que l’ancien boss du FC Le Mont a récemment rejoint après avoir fait un passage à Yverdon. Concrètement, chaque visiteur pourra repartir avec un kilo de pommes, qui seront distribuées à la sortie du stade. «Le règlement nous interdit de les donner avant le match», soupire le dirigeant. Si les pommes, qui ne comptent pas pour des prunes, ne sont pas des tomates, on peut aisément comprendre pourquoi si la partie devait déraper…

«On n’est pas là pour stagner. On veut sans cesse grandir»

Hiraç Yagan, directeur sportif du SLO

Le rendez-vous de la Pontaise doit permettre aux joueurs de Meho Kodro de confirmer leur excellente passe. Dans une hiérarchie instable, le SLO ne craint plus d’afficher ses ambitions. «Avec au moins six équipes appelées à jouer les premiers rôles, apprécie Hiraç Yagan, le championnat n’en est que plus attractif.»

A ce rythme, retrouvera-t-on le SLO dans l’élite helvétique en juin prochain? Une telle hypothèse n’effraie pas son directeur sportif. «On n’est pas là pour stagner, reprend notre interlocuteur. On veut sans cesse grandir.»

«Ce que l’on demande, c’est que le soleil brille pour tout le monde. On se contenterait déjà de quelques rayons. Plus le LS sera fort, meilleur on sera…»

Serge Duperret, responsable marketing du SLO

Gravitant dans l’ombre du Lausanne-Sport, SLO pourrait même croiser dans lascenseur le club de la Tuilière si d’aventure le chef de file du football vaudois ne parvenait pas à quitter l’inconfortable zone rouge dans laquelle ses joueurs ont plongé. Un scénario que Serge Duperret refuse de cautionner. «On ne veut pas la guerre avec le LS. Au contraire, ça nous ennuie qu’il soit dans le dur. Nous, ce que l’on demande, c’est que le soleil brille pour tout le monde. On se contenterait déjà de quelques rayons. Plus le LS sera fort, meilleur on sera…»

La venue d’Aarau doit permettre aux Stadistes de la Pontaise d’effacer le lourd revers concédé au Brügglifeld (défaite 5-2 le 21 août dernier). «On veut prouver que l’on n’est pas des pommes!» Raison pour laquelle Duperret et son équipe ont préféré en distribuer à l’oeil…

Votre opinion