20.01.2017 à 11:27

IranA la recherche de pompiers disparus

Les secouristes continuaient vendredi de fouiller les décombres d'un immeuble de 15 étages qui s'est effondré la veille à Téhéran.

1 / 17
Téhéran enterre ce lundi 30 janvier 2017 ses 16 pompiers morts en martyr dans l'effondrement d'un immeuble survenu le 19 janvier. (lundi 30 janvier 2017)

Téhéran enterre ce lundi 30 janvier 2017 ses 16 pompiers morts en martyr dans l'effondrement d'un immeuble survenu le 19 janvier. (lundi 30 janvier 2017)

Keystone
16 pompiers sont décédés lors de l'effondrement de la tour, un hommage national leur a été rendu. (Vendredi 27 janvier 2017)

16 pompiers sont décédés lors de l'effondrement de la tour, un hommage national leur a été rendu. (Vendredi 27 janvier 2017)

Keystone
Les secouristes continuaient vendredi de fouiller les décombres d'un immeuble de 15 étages qui s'est effondré la veille à Téhéran. Ils recherchaient des pompiers portés disparus après avoir tenté d'éteindre un incendie. (Vendredi 20 janvier 2017)

Les secouristes continuaient vendredi de fouiller les décombres d'un immeuble de 15 étages qui s'est effondré la veille à Téhéran. Ils recherchaient des pompiers portés disparus après avoir tenté d'éteindre un incendie. (Vendredi 20 janvier 2017)

Keystone

Jeudi matin, un incendie aux causes toujours inconnues s'est déclaré dans l'immeuble Plasco Building. Ses occupants, aidés par des pompiers dépêchés sur place, ont été rapidement évacués avant que le bâtiment ne s'écroule dans un gigantesque nuage de poussière.

Un pompier, qui était parvenu à s'extraire de l'immeuble avant qu'il ne s'écroule, est décédé vendredi à l'hôpital des suites de ses graves brûlures, a rapporté l'agence officielle iranienne Irna.

Vingt-quatre heures après le drame, aucun bilan précis des victimes n'a encore été donné par les autorités. La veille, le maire de la capitale iranienne Mohammad Bagher Ghalibaf a affirmé qu'une vingtaine de pompiers étaient pris sous les décombres et que certains avaient péri, mais sans fournir de chiffre précis.

L'agence Irna a fait état de 84 personnes blessées, dont dix encore hospitalisées.

Travail de secours difficile

Des secouristes, des soldats et des chiens-renifleurs ont travaillé toute la nuit pour tenter de localiser la vingtaine de pompiers qui se trouvaient encore à l'intérieur du bâtiment au moment de son effondrement. Ils n'ont trouvé jusqu'à présent aucun survivant ou cadavre, malgré des efforts désespérés pour dégager les gravats.

«Le travail de secours est très difficile. Des débris sont dégagés un peu partout sur le site mais l'épaisse fumée qui s'en dégage cause de gros problèmes» aux secouristes, a déclaré vendredi Pir Hossein Koolivand, le directeur des services de secours de Téhéran.

En signe de deuil, un bandeau noir a été placé sur la chaîne de la télévision publique. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a fait part jeudi soir de son «profond chagrin» après ce drame. Il a salué le «courage et le sacrifice des pompiers».

Mises en garde ignorées

Le président Hassan Rohani a réclamé pour sa part l'ouverture immédiate d'une enquête sur les causes du drame. Le porte-parole de la municipalité de Téhéran a affirmé que les gérants de l'immeuble avaient ignoré de nombreuses mises en garde contre la fragilité de la construction.

Selon le maire, l'incendie avait été initialement maîtrisé mais une nouvelle explosion au 10e étage a rallumé le feu. Celle-ci a ébranlé la structure du bâtiment construit en 1962 et abritant un centre commercial et environ 400 ateliers de vêtements.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!