Football: À Lausanne, Sion se sent mieux que chez lui
Publié

FootballÀ Lausanne, Sion se sent mieux que chez lui

Le club valaisan, qui restait sur six succès à la Pontaise, s’est bien acclimaté à la Tuilière. Il a enlevé le derby (1-0) et quitté la place de barragiste.

par
Nicolas Jacquier
(Lausanne)

Alors qu’il y avait six points d’écart entre Lausanne et Sion au coup d’envoi du premier derby romand disputé à la Tuilière, le visiteur a refait la moitié du retard qu’il comptait sur son hôte. À la lumière d’une probante victoire qui empêche le néo-promu vaudois d’accentuer son avance, Sion a surtout quitté l’inconfortable rang de barragiste qu’il occupait depuis le 28 novembre et son naufrage à Vaduz. Dans ce glacial début de soirée, il a prolongé une série positive qui l’accompagnait lors de ses six derniers déplacements sur sol vaudois, correspondant déjà à autant de succès.

On continue de parler de Turkes

Le déménagement du LS de la Pontaise dans son nouveau stade n’a en rien perturbé Sion, lequel, loin de Tourbillon où il est souvent moins à l’aise, a su afficher suffisamment de sérénité pour enlever une septième victoire aux Plaines-du-Loup. Où celui-ci est apparu solide, conquérant et inspiré, son hôte s’est montré trop brouillon pour prétendre à un meilleur sort. Voici sept matches que Lausanne n’a pas inscrit le moindre but contre les Valaisans lorsqu’il évolue à domicile. À croire que Sion demeure un adversaire maudit pour lui.

L’ombre d’Aldin Turkes, opéré durant la semaine des ligaments d’un genou, a plané dans les gradins. Evann Guessand, son remplaçant officiel, s’est ménagé les deux seules réelles occasions du LS: le jeune attaquant français a buté sur Fayulu sur la première (7e) avant de trop croiser son essai sur la seconde (79e). L’absence de Turkes, dont il a abondamment été question dès le coup de sifflet final, va continuer de perturber les nuits de Contini. «Si vous évoquez les absents, vous allez encore pouvoir me parler de Turkes 21 fois!» devait ainsi s’exclamer le coach face aux médias.

Le même onze de départ

Autant les deux premières victoires du FC Sion cette saison – contre Servette et Vaduz – avaient été plutôt chanceuses, autant celle de la Tuilière ne souffre aucune discussion. Cette fois, il a obtenu un «vrai» succès, récompensant un vrai état d’esprit au service d’un plan de jeu compris et partagé par tout le monde. Moins d’une semaine après une reprise poussive contre Lugano (1-1), la formation de Fabio Grosso a opéré une souriante métamorphose avec… le même onze de départ – une première dans l’histoire de ce championnat. «On a été courageux, on a pris des risques qui ont été récompensés, convenait le technicien transalpin. On possède des qualités pour montrer plus.» Avec son pressing agressif, Sion a bien gêné son hôte, à l’image de Wakatsuki et de Doldur que l’on a vu venir «piquer» un nombre élevé de ballons dans des pieds adverses empruntés.

«On a été courageux, on a pris des risques qui ont été récompensés. On possède des qualités pour montrer plus.»

Fabio Grosso, coach du FC Sion

Avec son 3-4-3 cohérent et bien en place, le visiteur ne s’est pas contenté de séduire; il s’est aussi créé les occasions les plus tranchantes. On pense à celle de Zock (45e), on revoit la tête d’Abdellaoui s’écrasant sur la transversale (58e). En définitive, un seul but aura suffi, signé du capitaine Gaëtan Karlen, à la réception d’un corner de Grgic, confirmant les spectaculaires progrès valaisans dans ce domaine. Sur les quinze buts que Sion a inscrits jusque-là, neuf l’ont été sur balles arrêtées.

Si les visiteurs, invaincus depuis cinq sorties, ont certainement franchi un cap psychologique, la déception est venue du comportement d’un LS trop timoré. Pour son premier match de l’année, le néo-promu a déçu. Il a paru souffrir des conditions (neige en début de match) et a surtout manqué de lucidité en phase offensive, au niveau de la dernière passe. Après son faux départ, Lausanne n’aura guère le temps de s’apitoyer. Attendu mercredi à Berne, il aura l’occasion de se mesurer à ce qui se fait de mieux en Suisse.

Votre opinion