Motocyclisme: A Motegi, on attend le typhon

Publié

MotocyclismeÀ Motegi, on attend le typhon

Lors des essais libres de vendredi, les pilotes ont dû tout donner. En cause: des conditions météo à venir catastrophiques. Ils ont donc utilisé des pneus tendres, ce qui a donné lieu à dix dernières minutes de folie.

par
Jean-Claude Schertenleib

Pas besoin d’être spécialiste ès tactiques pour comprendre: selon la météo japonaise, qui est toujours très précise, cette journée de vendredi et sa seule séance (allongée) d’essais libres était celle où les meilleures conditions atmosphériques étaient annoncées, piste sèche, quelques gouttes éparses histoire d’augmenter encore la tension, il ne fallait pas se rater.

Dans le programme type des GP, c’est au terme des deux séances d’essais libres du vendredi et de celle du samedi matin que les 10 (en MotoGP), respectivement 14 (Moto3 et Moto2) plus rapides sont directement invités dans la phase décisive des qualifications de l’après-midi.

Au Japon, pour éviter toute mauvaise surprise en raison des délais très courts pour amener tout le matériel à Motegi – dimanche dernier, on roulait encore en Aragón -, seule une séance était programmée ce vendredi qui devenait ainsi décisive dans la mesure où, samedi matin, la piste devrait être détrempée. Corollaire: on se serait cru dans les ultimes minutes d’une superpole: les deux pilotes officiels Ducati Jack Miller et Francesco «Pecco» Bagnaia s’en sortant bien mieux que l’empêcheur de gagner en rond qu’est devenu pour le team qu’il rejoindra l’an prochain, Enea Bastianini (chute, 14e temps provisoire).

Honda, la surprise?

Techniquement, si on a découvert sur la Suzuki d’Alex Rins – on rappelle que le troisième constructeur japonais se retirera en fin de saison – un nouvel élément aérodynamique sur le dosseret de selle (deux petits ailerons, il y en a quatre sur les Ducati) -, la surprise du jour est la bonne tenue des deux Honda officielles de Marc Márquez (normal, avec lui) et Pol Espargaró (qui semblait totalement démotivé il y a cinq jours encore), respectivement sixième et septième.

«Dès mon premier «run», je me suis senti très bien», explique Márquez. «Les problèmes que nous rencontrons depuis le début de l’année semblent moins importants ici et nous pouvons tout contrôler. Aujourd’hui, il n’y avait qu’une séance et comme il devrait pleuvoir samedi, j’ai attaqué à fond. Je me sens bien avec le pneu tendre pour un tour rapide, mais également avec des gommes plus usées pour tenir la distance de la course. Cela dit, physiquement, pas sûr que je puisse tenir le rythme sur toute la durée de ce GP.»

La phrase du jour

«Le typhon doit toucher Motegi samedi, il y aura beaucoup de pluie»: Pol Espargaró, comme celui qui est encore son équipier Marc Márquez - comme tous les autres pilotes d’ailleurs! -, est bien informé sur la météo régionale. Il a donc, lui aussi, usé et abusé de pneus tendres en cette première séance d’essais libres.

Alarme au feu dans le paddock

On a eu très peur, jeudi soir, dans le paddock du désormais nommé «Mobility Resort Motegi»: peu avant 20 heures, un incendie s’est déclaré dans le stand du team Marc VDS, qui aligne cette année Sam Lowes (de retour, après une blessure subie à Silverstone) et Tony Arbolino en Moto2.

L’équipe, dont le responsable technique est le très expérimenté Gilles Bigot, a remercié ses voisins, et plus particulièrement les membres du team Suzuki, qui sont immédiatement intervenus et qui, l’incendie sous contrôle, ont ensuite aidé l’équipe Marc VDS à nettoyer tout le matériel et à remonter la structure du stand. Que s’est-il passé? Selon les premiers éléments de l’enquête, un court-circuit se serait produit autour d’un démarreur électrique, de la pluie s’étant introduite dans le stand. Personne n’a été blessé et les motos n’ont pas souffert.

À vos réveils!

Quatre des cinq week-ends à venir seront placés, pour les fans de MotoGP en Europe, sous le signe du... réveil matin! Il y a sept heures de décalage horaire entre le Japon et l’Europe continentale. Ainsi, les essais qualificatifs de samedi après-midi (au Japon) sont programmés à nos heures suivantes: 5 h 35 pour la Moto3, 6 h 30 pour la Moto2, 8 h 05 pour la MotoGP. Les courses, dimanche? 5 h pour la Moto3, 6 h 20 pour la Moto2 et 8 h pour la catégorie-reine.

Ton opinion