Portugal: «A qui profitent les incendies?»
Actualisé

Portugal«A qui profitent les incendies?»

Le bilan des incendies a augmenté. Des manifestants ont protesté face au gouvernement, samedi.

Image d'illustration - Vieira de Leiria, dans le centre du Portugal, le 16 octobre 2017.

Image d'illustration - Vieira de Leiria, dans le centre du Portugal, le 16 octobre 2017.

Keystone

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de plusieurs villes du Portugal samedi pour dire leur tristesse et leur colère face à l'incapacité du gouvernement à prévenir les feux de forêt. Ceux-ci ont fait cette année plus de cent morts.

«On est ici avant tout pour rendre hommage aux victimes. Il faut que justice soit faite!», expliquait Maria Joao Gil, une Lisboète d'une cinquantaine d'années qui participait avec des milliers d'autres personnes à travers le pays à cette «manifestation silencieuse» convoquée sur Facebook.

«Cette situation est tout simplement inadmissible. A qui profitent les incendies?» s'interrogeait de son côté Josefa Martins, visiblement émue sous ses lunettes noires, à l'occasion de cette manifestation ponctuée d'applaudissements en hommage aux victimes. «On se demande si nos gouvernants sont au service des Portugais ou des cartels du feu?», ajoute-t-elle.

«A quoi servent nos hélicoptères? Pourquoi y a-t-il eu des coupes dans les budgets de lutte contre les feux? Nous avons tout simplement besoin de réponses!», lançait un autre manifestant vêtu de noir en brandissant un portrait du Premier ministre socialiste Antonio Costa, et réclamant son départ.

Bilan alourdi

Le bilan des feux de forêt au Portugal a été revu vendredi une nouvelle fois à la hausse après le décès d'un blessé, portant à 44 le nombre de morts, a indiqué l'Autorité nationale de la protection civile (ANPC).

«Il s'agit d'un blessé grave qui était hospitalisé à l'hôpital de Coïmbra (centre)», a indiqué à l'AFP Patricia Gaspar, porte-parole de la Protection civile. «On dénombre toujours environ 70 blessés».

Jeudi, un autre corps avait été retrouvé dans les environs de Oliveira do Hospital, dans le district de Coïmbra. Le Portugal a été frappé pour la deuxième fois en quatre mois par des incendies meurtriers. En juin, 64 personnes avaient péri dans un incendie près de Pedrogao Grande, dans le centre du pays.

Critiques

Le gouvernement portugais, cible de nombreuses critiques pour sa gestion des feux de forêt, se réunit samedi matin pour un conseil des ministres extraordinaire. Le Premier ministre socialiste, Antonio Costa, qui s'était engagé à tirer toutes les leçons de ces catastrophes, doit se pencher sur les conclusions d'un rapport d'une commission d'experts indépendants, très critique à l'égard de l'organisation des services de secours.

Le flot de critiques a déjà conduit à la démission de la ministre de l'Intérieur, Constança Urbano de Sousa, et à celle du président de l'Autorité nationale de la protection civile, Joaquim Leitao. Constança Urbano de Sousa sera remplacée par Eduardo Cabrita, qui était jusqu'ici ministre adjoint au Premier ministre et dont le poste sera dorénavant confié à Pedro Siza Vieira, un avocat proche de M. Costa.

Samedi après-midi, des évenements sont prévus dans plusieurs villes du pays pour rendre hommage aux victimes et réclamer des réformes pour éviter de nouvelles tragédies.

(AFP)

Votre opinion