Football: A Tourbillon, CC attend son 42e entraîneur
Publié

FootballA Tourbillon, CC attend son 42e entraîneur

Grand «consommateur» de coaches, Christian Constantin a vu défiler des dizaines de techniciens depuis 1992. Mais sait-on finalement combien au juste? LeMatin.ch a essayé d’y voir plus clair. Accrochez-vous.

par
Sport-Center
En février 2007, Alberto Bigon avait effectué un retour remarqué au FC Sion, à l'occasion de son deuxième passage sur le banc valaisan.

En février 2007, Alberto Bigon avait effectué un retour remarqué au FC Sion, à l'occasion de son deuxième passage sur le banc valaisan.

Keystone

Quand il s’agit du FC Sion et de la valse effrénée de ses coaches, tout le monde s’accorde à dire que Christian Constantin possède un impressionnant palmarès.

Mais dès lors qu’il est question de savoir combien précisément le patron de Tourbillon a déjà «consommé» de techniciens, les chiffres diffèrent quelque peu en fonction des versions - et sans doute de la mémoire - des uns et des autres.

Plusieurs méthodes de calcul

Pour beaucoup, le président valaisan est actuellement à la recherche de son 53e entraîneur – un chiffre communément admis, et d'ailleurs souvent répété - manifestement à tort comme on le verra. Quant au principal intéressé, il soutient n’avoir enrôlé «que» 28 coaches, un «score» presque décevant. Un écart qui pourrait trouver sa justification dans la méthode de calculs. Alors que Christian Constantin fait uniquement état du nombre des différents entraîneurs qu’il estime avoir engagé (ne tenant pas compte du fait que plusieurs de ceux-ci ont effectué plusieurs passages sur le banc du FC Sion), le chiffre de 52 comprendrait, lui, tous les mouvements enregistrés lors de ses deux présidences.

Pourtant, aucun chiffre ne correspond à la réalité historique si l’on se réfère aux calculs du Matin.ch, qui s’est amusé à plonger dans les archives et à refaire le compte depuis la nomination de Jean-Paul Brigger, devenu en juillet 1992, le premier coach du nouveau président Constantin – succédant au patriarche André Luisier, le jeune promoteur de Martigny était alors âgé de 35 ans.

Résultat des courses? Sous les deux ères CC (soit entre 1992 et 1997 d’abord, puis à compter de 2003, lors de son retour aux affaires), le président de Tourbillon a engagé, selon notre décompte, 41 coaches distincts – Stéphane Henchoz étant le dernier en date - pour un total intermédiaire de 60 changements de banc impliquant pas moins de 69 techniciens, certains d’entre eux, on l’aura compris, étant passé une ou parfois plusieurs fois sur le banc valaisan en jouant les revenants avec un bonheur inégal.

Parmi les solutions innovantes, Christian Constantin avait même expérimenté un triumvirat, ce qui avait été le cas lorsque Didier Tholot, à l’occasion d’un premier passage en Valais remontant à 2003, avait par la suite reçu le soutien de Guy David, le tandem ainsi nouvellement créé étant ensuite rejoint par Ami Rebord pour treize matches.

L'entraîneur qui n'a disputé aucun match

Estampillé matricule No 33 dans la liste, Claudio Gentile peut se targuer d’une bien curieuse statistique. Alors même qu’il avait été nommé pour succéder à Raimondo Ponte, il est le seul à n’avoir jamais dirigé ni même entraîné le FC Sion! On se souvient que le technicien italien, attendu à la «Porte d’Octodure» un 10 juin pour la préparation de l’exercice 2014-2015, ne s’y était jamais présenté…

Au moment de chercher ces jours-ci le successeur officiel d’Henchoz, Christian Constantin lui-même a grandement contribué à rallonger la liste. A cinq reprises déjà, depuis une «première» pige présidentielle effectuée en novembre 2008 lorsqu’il avait succédé, avec Christian Zermatten, à Ueli Stielike, le patron s’est improvisé coach intérimaire, parfois avec un certain succès – comme lors d’une demi-finale de Coupe de Suisse victorieuse à Lucerne au printemps 2009. 41-60-69 s’impose donc aujourd’hui comme trois chiffres clé, voire références, pour comprendre l’histoire moderne et trop souvent chahutée du FC Sion.

Quel que soit son identité, le futur No 42 de la liste de CC connaît déjà son sort.

Nicolas Jacquier

Votre opinion