Football - A Tourbillon, Sion n’y arrive toujours pas
Publié

FootballÀ Tourbillon, Sion n’y arrive toujours pas

Battu 3-1 par Grasshopper devant son public, le club valaisan n’a pas confirmé son embellie et sa victoire contre Servette. Moreira a arrêté un penalty de Grgic.

par
Nicolas Jacquier
Ermir Lenjani (à gauche) et Hoyao Kawabe (au second plan) disputent le ballon à Matteo Tosetti.

Ermir Lenjani (à gauche) et Hoyao Kawabe (au second plan) disputent le ballon à Matteo Tosetti.

keystone-sda.ch

Il faut reconnaître au FC Sion la faculté éprouvée de maîtriser l’art du rebond et du service après-victoire. Durant toute la semaine écoulée, le club valaisan avait ainsi pris grand soin de capitaliser sur les trois points du derby du Rhône (2-1 contre Servette): billets soldés jusqu’à 35% pour la réception de GC, photo officielle d’équipe prise devant l’Hôtel de Ville en compagnie du pouvoir politique, appels au peuple réitérés des joueurs eux-mêmes à venir les retrouver ce dimanche à Tourbillon… Au niveau marketing, Sion a fait tout juste - difficile en tout cas de faire mieux.

Si le résultat de la mobilisation populaire devait rester quelque peu en-deçà de ce qu’en espéraient sans doute les initiateurs, celui de ce qui s’est passé sur la pelouse a été bien pire encore. Avec une nouvelle défaite concédée à Tourbillon, où Sion, dont le dernier succès à domicile remonte au 26 septembre (3-2 contre Lugano), demeure maudit. Cette fois, il a suffi d’un GC plus réaliste pour infliger un nouveau coup d’arrêt au FC Sion de Paolo Tramezzani. Voilà de quoi troubler les nuits du successeur de Marco Walker.

45 minutes frustrantes

Des intentions louables mais pas d’étincelle pour enflammer Tourbillon, voilà comment l’on pouvait caractériser la première période des Valaisans. Tramezzani relançant les vainqueurs du stade de Genève, Sion allait manquer d’allant pour traduire ses bonnes disponibilités (excepté pour ce qui concerne les deux zones de vérité). Ses joueurs ne devaient d’ailleurs se créer qu’une seule occasion, que Stojilkovic, lancé en profondeur par Baltazar, devait rater. Ou plutôt que Moreira devait trop facilement annihiler en se couchant sur la frappe peu appuyée de l’attaquant (14e). Ajoutez y un tir non cadré d’Itaitinga et c’était tout pour 45 minutes de frustration, donc nettement insuffisant.

Tout l’inverse de visiteurs se jouant par deux fois de l’étrange passivité et des largesses d’une défense valaisanne bien trop laxiste. Voilà qui devait coûter deux buts, assez similaires dans leur conception puisque chaque fois venus de la gauche où Marquinhos ne passa pas le meilleur des après-midi. Sur le premier, le «minuscule» Japonais Kawabe réussit à venir placer sa tête en précédant l’«immense» Cavaré au duel aérien pour exploiter un centre de Schmid. Sur le second, l’inévitable Kaly Sène eut tout loisir de transformer un impeccable service de Pusic. Lequel Pusic avait précédemment sollicité Fickentscher à deux reprises (29e et 37e). C’est dire si Grasshopper, plus tranchant et surtout plus réaliste, méritait alors son double avantage.

Fickentscher retarde l’échéance

Il faudra une faute d’Arigoni sur Stojilkovic - avec un penalty transformé par Grgic dès la reprise - pour réveiller Tourbillon et sortir Sion de sa torpeur. On vit certes un tout autre état d’esprit mais toujours les mêmes absences défensives. Seule une monstrueuse double parade de Fickentscher, sur des reprises à bout portant de Bonatini et Kawabe, permettait même aux Valaisans de rester dans le match.

Mais alors que M. Dudic, alerté par la VAR, offrait à Grgic la possibilité d’égaliser sur un nouveau penalty, Moreira partait du bon côté pour détourner la tentative du N°14 qui avait choisi de tirer cette fois dans l’angle droit. Sion n’allait jamais s’en remettre. Car au lieu du 2-2 attendu, c’était même 1-3 quelques instants plus tard suite à une frappe lumineuse de Diani terminant sa course dans la lucarne opposée du gardien.

Incapable de confirmer sa victoire dans le derby du Rhône et d’enchaîner alors qu’il avait l’occasion rêvée de s’éloigner de la zone dangereuse, Sion est toujours plongé dans les soucis. Ce dimanche, seuls ses supporters ont répondu présent dans les gradins. Parce que pour ce qui est du jeu, il a été une nouvelle fois absent. Et quand cela se conjugue avec des erreurs béantes et un manque de concentration, cela ne pardonne pas…

Sion - Grasshopper 1-3 (0-2)

Tourbillon, 7200 spectateurs.

Arbitre: M. Dudic.

Buts: 32e Kawabe 0-1. 44e Sanè 0-2. 47e Grgic (penalty) 1-2. 78e Diani 1-3.

Sion: Fickentscher; Cavaré (46e Wesley), Saintini, Ndoye, Marquinhos; Zuffi (72e Serey Die); Baltazar (66e Adryan), Grgic; Tosetti (72e Bua), Stojilkovic, Itaitinga. Entraîneur: P. Tramezzani.

Grasshopper: Moreira; Arigoni, Margreitter, Toti Gomes; Schmid (68e Da Silva), Kawabe, Diani, Lenjani (86e Hoxha); Pusic (82e Loosli); Bonatini, Sène (86e Dion). Entraîneur: G. Contini.

Avertissements: 27e Schmid. 83e Margreitter. 89e Hoxha et Bonatini. 91e Ndoye.

Notes: Sion sans Safarikas, Iapichino, Andersson, Bamert, Araz, Doldur, Khasa, Hoarau (blessés), GC sans Abrashi, Morandi, Santos (blessés) ni Herc et Stroscio (suspendus). 75e: Moreira détourne un penalty de Grgic accordé par la VAR pour une faute sur Adryan.

Votre opinion