Football - À Xamax, Andrea Binotto a appuyé sur le bouton reset
Publié

FootballÀ Xamax, Andrea Binotto a appuyé sur le bouton reset

Le club de la Maladière a déjà retrouvé le terrain. Afin de ne pas revivre un exercice aussi éprouvant que le précédent, son entraîneur a fixé de nouvelles ambitions en termes de contenu. Le reste suivra…

par
Nicolas Jacquier
Avec le retour attendu des spectateurs pour la reprise, Andrea Binotto espère offrir un meilleur spectacle au public de la Maladière.

Avec le retour attendu des spectateurs pour la reprise, Andrea Binotto espère offrir un meilleur spectacle au public de la Maladière.

freshfocus

Alors que l’Euro 2020 n’avait pas encore fini de dérouler les matches de la première journée de chacun de ses six groupes, Xamax a déjà effectué ce mardi les premiers tours de terrain de la saison 2021-2022. Le club de la Maladière pensait être le premier de retour aux affaires, c’est faux - cet honneur-là, pour autant que cela en soit un, revient au FC Wil d’Alex Frei, dont les joueurs transpirent déjà depuis une petite semaine…

Mardi matin, l’instant des retrouvailles a pourtant été empreint d’une certaine solennité, histoire de s’affranchir d’un dernier exercice manqué, Xamax ayant dû patienter jusqu’à l’ultime journée pour assurer difficilement son maintien en Challenge League.

«On a envie de tourner une page en laissant derrière nous tout ce qui n’a pas bien fonctionné, et d’en écrire une nouvelle»

Andrea Binotto, coach de Xamax

«On a envie de tourner une page en laissant derrière nous tout ce qui n’a pas bien fonctionné, et d’en écrire une nouvelle, assure Andrea Binotto. Parfois, il faut savoir appuyer sur le bouton reset pour mieux repartir devant une feuille blanche. La saison dernière, j’avais dû m’adapter, parfois même bricoler, allant à l’encontre des principes que j’aime. Je n’avais pas tellement de marge de manœuvre.»

Changer l’air du vestiaire

Que dit un coach quand il retrouve ses joueurs ou découvre les nouveaux? «J’ai insisté sur les valeurs qui me sont chères, répond le technicien. L’état d’esprit, la solidarité, l’exigence dans le travail bien fait…» Plusieurs nouveaux visages sont déjà là, d’autres suivront pour compenser les nombreux départs. Tant s’est imposée la nécessité de renouveler le contingent. «Il fallait changer d’air, modifier la texture du vestiaire. Jusqu’à présent, j’avais peu de percussion offensive sur les côtés.» La volonté existe aussi de revenir à une défense à quatre.

«Avant de parler de place, il y a lieu de se concentrer sur le contenu. Les ambitions viendront naturellement»

Andrea Binotto, coach de Xamax

A la Maladière, personne n’entend revivre une saison aussi éprouvante que la précédente. «Avec le retour du public, on a tous envie de lui présenter quelque chose d’autre.» Si aucun objectif sportif précis n’a été prononcé, on peut aisément imaginer les aspirations neuchâteloises. «Il y a bien sûr l’envie de se retrouver cette fois dans la bonne moitié du tableau. Avant de parler de place, il y a lieu de se concentrer sur le contenu. Les ambitions viendront naturellement. Elles doivent se créer avec le jeu et l’état d’esprit.»

Ce mercredi, Andrea Binotto sera bien sûr devant sa télé pour y suivre l’alléchant Italie – Suisse. Sans forcément être neutre. «Gamin, se souvient-il, il me fallait absolument faire savoir que j’étais italien. Avec le temps, je suis devenu plus distant mais pas moins intéressé. Ce que je souhaite, c’est que l’Italie et la Suisse passent les deux.» Voilà qui passe probablement par un exploit helvétique. «Contre la Squadra Azzurra, la Suisse a souvent livré d’excellents matches.» A vérifier ce mercredi soir.

Un recrutement effectué au pas de charge

A la Maladière, on se bouscule pour recomposer les rangs. Xamax poursuit ses emplettes à un rythme effréné. Après avoir déjà enregistré la semaine passée les arrivées de Mats Hammerich (Aarau), Yanis Lahiouel (SLO) et Ayoub Ouhafsa (Rodez/L2), le club neuchâtelois a recruté depuis lundi Liridon Berisha (Kriens), Maren Haile-Selassie (Wil) et Karim Gazzetta (SLO). Avec chaque fois des contrats valables une seule saison, renouvelables si entente.

Rayon départ, Freddy Mveng, Michael Kempter et Maxime Dominguez n’appartiennent plus à son contingent – aucun d’entre eux n’a reçu un nouveau contrat. Juan Manuel Parapar, pour sa part, s’en ira tenter sa chance en Espagne, son pays d’origine - il a signé à Compostela, en D3 . D’autres mouvements suivront ces prochains jours.

A Neuchâtel, la rentrée des classes a aussi vu surgir un nouvel équipementier. Après neuf ans de collaboration avec la marque Erima, le club neuchâtelois est tombé dans les griffes de Puma. Le nouvel accord porte jusqu’en 2024.

Pour sa préparation estivale, Xamax a déjà prévu cinq matches amicaux, le premier disputé contre Lausanne le 25 juin à la Tuilière (coup d’envoi à 11h). Des sorties contre Young Boys (28 juin/16h au Wankdorf)), Servette (3 juillet/17h au Stade de Genève), Thoune (10 juillet) et Zurich (17 juillet) ont aussi déjà été fixées.

Votre opinion