Archéologie: À Zurich, la ségrégation sociale date de plus de 5000 ans
Publié

ArchéologieÀ Zurich, la ségrégation sociale date de plus de 5000 ans

Des vestiges trouvés sur le chantier du parking de l'Opéra montrent que le quartier riche était séparé du pauvre par des barrières.

par
Michel Pralong
Au bord du lac, les colonies se sont succédées, abandonant les maisons existantes pour en construire de nouvelles.

Au bord du lac, les colonies se sont succédées, abandonant les maisons existantes pour en construire de nouvelles.

Marco Bernasconi Archaeolab

La distinction entre quartiers résidentiels et populaires ne semble pas dater hier. Mais des archéologues ont tout de même été surpris qu'une pareille ségrégation existait il y 5000 ans déjà. C'est ce qui révèle une étude publiée vendredi dernier dans le journal «Antiquity».

En 2010, des fouilles de grande ampleur ont été engagées pour préserver les restes d'une colonie néolithique sur le site du futur parking de l'Opéra à Zurich. Alors qu'on s'attendait à des découvertes mineures, «nous avons été soudainement confrontés à la plus grande excavation de vestiges préservés par l'eau dans la région depuis 30 ans» a déclaré à LiveScience Niels Bleicher, archéologue à la ville de Zurich, qui a dirigé les fouilles.

Au néolitihique et à l'âge du bronze, de nombreuses personnes vivaient dans des maisons sur pilotis. La bonne préservation des matériaux organiques comme le bois ou les textiles due à ces lieux humides a permis de retrouver des vestiges de plusieurs centaines de ces villages en Europe. A Zurich, les fouilles sur l'emplacement du futur parking ont duré neuf mois et couvert une superficie équivalent à deux terrains de football.

Image: Marco Bernasconi Archaeolab

Image: Marco Bernasconi Archaeolab

Une porte en bois remarquable

Des milliers d'objets ont été retrouvés: céramiques, pendentifs en dents de loup, ainsi qu'une étonnante porte en bois, vieille de 5000 ans, ce qui en fait l'une des plus anciennes d'Europe. Les colonies s'étant succédées sur ce site, la porte a été trouvée parmi des vestiges datant d'entre 3176 et 3153 avant JC. «Alors que l'on considère souvent les gens de cette époque comme étant des brutes stupides, je n'en connais pas beaucoup aujourd'hui qui sauraient réaliser une telle porte en bois sans rabot, vis, clou ni colle et résistante à l'eau», s'est émerveillé Niels Bleicher.

Photo: Office de l'urbanisme de la ville de Zurich

Photo: Office de l'urbanisme de la ville de Zurich

Une clôture pour couper les deux secteurs

Mais l'étude de tous ces vestiges a amené les archéologues à faire une autre découverte surprenante. Le site a connu plusieurs phases de colonisation. «Tous les huit à quinze ans environ, ces colonies étaient abandonnées et les groupes de maisons réorganisés pour former de nouvelles colonies», epxlique Bleicher à LiveScience. Entre 3234 et 3060 avant JC, les maisons avaient tendance à être disposées en quartiers, alignées en rangées parallèles Dans le quartier composé des plus grandes maisons, on y a retrouvé des pendentifs en dents de loups et d'autres objets témoignant d'un statut élevé de ses habitants. Non seulement le quartier voisin, aux maisons plus petites, ne recelait aucun des ces objets, mais en outre il était coupé du secteur «riche» par une clôture de poteaux en peuplier.

«Que des gens aient construit une barrière pour se séparer du quartier adjacent nous a surpris, reconnaît l'archéologue. Une telle ségrégation sociale ostentatoire est une chose à laquelle personne ne s'attendait vraiment à la fin du quatrième millénaire avant notre ère.» Comme quoi, la Goldküste zurichoise n'est pas une invention récente.

Votre opinion