Football - A Zurich, Servette arrache un point mérité
Publié

FootballA Zurich, Servette arrache un point mérité

Dans le match au sommet de la 7e journée, le club genevois a vécu deux minutes dans le fauteuil de leader. Au final, Imeri a permis aux visiteurs de sauver le nul (2-2).

par
Nicolas Jacquier
(Zurich)
Les Genevois célèbrent l’ouverture du score de Valls sur pénalty.

Les Genevois célèbrent l’ouverture du score de Valls sur pénalty.

Eric-Lafargue

Mine de rien, ce très alléchant Zurich-Servette présentait des allures de match au sommet, n’impliquant pourtant aucun des dominateurs des saisons précédentes (YB ou Bâle). Avec un défi à la hauteur de l’enjeu pour les visiteurs. Celui de ravir la place de leader à leur hôte pour s’installer, même provisoirement, dans un fauteuil de premier de classe que les Genevois n’avaient plus occupé en Super League depuis l’été 2003... Encore fallait-il, condition préalable, battre Zurich, ce que Servette avait toujours réussi à faire lors de leurs quatre dernières confrontations. Une série positive qui a trouvé son épilogue au plus mauvais moment. Après avoir subi le retour renversant du FC Zurich, les Genevois allaient néanmoins trouver les ressources pour sauver un point grâce à un diabolique coup de patte d’Imeri.

Un verdict d’autant plus méritoire que ceux-ci avaient dû enchaîner les tuiles. Au Letzigrund, Servette a non seulement dû composer sans son créateur Stevanovic mais il a aussi très vite perdu Cognat sur blessure. Avant ce nouveau coup du sort, le visiteur avait failli s’inventer un but gag après quelques secondes lorsqu’une tête en retrait du même Cognat avait démarqué deux Zurichois qui devaient se retrouver seuls devant Frick sans pouvoir conclure! Que dire sinon d’une entame de match équilibrée? Qu’elle fut riche en tirs contrés mais pauvre en véritables occasions jusqu’à celle de Schalk, dont la reprise était freinée par Omeragic (42e). Soixante secondes plus tard, le même Schalk obligeait Brecher à se détendre.

Superbe égalisation

Alors que les Genevois accentuaient leur pression, l’ouverture du score allait tombée suite à une main baladeuse d’Omeragic oubliée par l’arbitre mais repérée par la VAR pour un indiscutable penalty transformé par Valls (45e). Servette pouvait regagner les vestiaires dans la peau du leader. Compte tenu de ce que ses joueurs avaient su proposer à partir de la 30e minute, leur avantage était mérité, Frick n’ayant jamais été sérieusement sollicité jusque-là.

Bonheur fragile, vertige du sommet. Car moins de 120 secondes suffisaient à Zurich pour rétablir la parité à la suite d’un mouvement d’école magnifiquement conclu par Guerrero, beaucoup moins inspiré quelques instants plus tard lorsqu’il heurtait violemment Frick en laissant traîner le pied.Alors la rencontre bascula dans une douce folie, avec des espaces s’ouvrant de part et d’autre. Kyei crut pouvoir s’y engouffrer, Coric aussi. La soirée cherchait son héros. Après un but refusé à Ceesay suite à une faute préalable sur Rouiller qu’il avait mystifié pour s’ouvrir le chemin des goals, Zurich allait prendre les devants sur une merveille de balle arrêtée. Un chef d’oeuvre croate signé Ante Coric, déposant le ballon dans la lucarne.

Il faudra un autre chef d’oeuvre, réussi par Imeri dans un angle impossible, pour offrir à Servette un point mérité (87e). Celui du courage pour une équipe qui n’a fait que frôler un sommet qu’elle n’a plus atteint depuis 6632 jours.

Zurich - Servette 2-2 (0-1)

Letzigrund, 7104 spectateurs. Arbitre: M. Jaccottet.

Buts: 45e Valls (penalty) 0-1. 47e Guerrero 1-1. 69e Coric 2-1. 87e Imeri 2-2.

Zurich: Brecher; Omeragic, Kryeziu, Aliti; Boranijasevic, Doumbia, Leitner (72e Hornschuh), Guerrero; Coric (72e Krasniqi); Gogia (46e Gnonto), Ceesay (89e Dzemaili). Entraîneur: A. Breitenreiter.

Servette: Frick; Sauthier (75e Diallo), Rouiller, Sasso, Clichy; Cespedes (75e Douline); Cognat (14e Imeri), Valls; Rodelin, Kyei, Schalk (71e Antunes). Entraîneur: A. Geiger.

Notes: Zurich sans Kramer, Khelifi, Marchesano, Tosin (blessés). Servette sans Deana, Fofana, Stevanovic, Oberlin (blessés), Mendes, Pédat, Monteiro, Sawadogo (pas convoqués). 65e: but de Ceesay annulé pour un coup de coude préalable sur Rouiller.

Avertissements: 11e Valls. 45e Omeragic. 49e Guerrero. 64e Sasso. 65e Ceesay. 67e Cespedes.

Votre opinion