25.07.2019 à 20:09

Abbas annonce la fin des accords avec Israël

Proche-Orient

Le président Mahmoud Abbas annonce que l'Autorité palestinienne va cesser de respecter les accords bilatéraux avec Israël.

1 / 150
Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

Tsahal a annoncé mercredi avoir mené des raids sur le Hamas en réponse à deux tirs de roquettes de Gaza. (27 novembre 2019)

AFP
Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Au centre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a été mis en examen pour «corruption». (Jeudi 21 novembre 2019)

Keystone
Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Israël a revendiqué des frappes de «grande ampleur» sur la Syrie. (Mercredi 20 novembre 2019)

Keystone

Regain de tensions entre l'Etat palestinien et Israël. Le président palestinien a annoncé ce jeudi soir ne plus vouloir respecter les accords bilatéraux allant de la gestion de l'eau à la sécurité.

«Nous annonçons la décision de la direction (palestinienne) de ne plus appliquer les accords signés avec Israël», a-t-il déclaré lors d'un discours à Ramallah.

Il a ajouté que la direction palestinienne allait mettre en place immédiatement un comité chargé d'étudier comment mettre en oeuvre cette décision.

Si les Palestiniens cessent de les appliquer, cela pourrait avoir des conséquences notamment sur la sécurité en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Relations dégradées

Mahmoud Abbas, 84 ans, a déjà proféré des menaces similaires ainsi que celle de ne plus reconnaître Israël dans le passé, mais elles n'avaient pas été appliquées.

Les relations entre le gouvernement de M. Abbas, basé en Cisjordanie occupée, et les autorités israéliennes se sont dégradées au cours des derniers mois. Cette semaine, Mahmoud Abbas a condamné les démolitions de logements de Palestiniens par Israël au sud de Jérusalem de «dangereuse escalade contre le peuple palestinien sans défense».

En février, Israël avait annoncé le blocage de 500 millions de shekels (135 millions de francs) sur le montant total reversé à l'Autorité palestinienne au titre de la TVA et des droits de douane prélevés par l'Etat hébreu sur les produits importés par les Palestiniens.

Cette sanction avait été imposée en réponse au versement par l'Autorité palestinienne d'allocations aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués pour avoir commis des attaques anti-israéliennes.

Le président palestinien Mahmoud Abbas avait alors refusé de toucher une quelconque somme due au titre de ces droits de douane de la part d'Israël tant que ces fonds étaient incomplets, laissant l'Autorité palestinienne face à une grave crise financière. Ces taxes représentent 65% des recettes de l'Autorité censée préfigurer un Etat palestinien.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!