Football: Abdellaoui: «Cela fait du bien de continuer avec le même coach»
Publié

FootballAbdellaoui: «Cela fait du bien de continuer avec le même coach»

L’international algérien s’est imposé comme l’un des cadres du FC Sion. Au moment d’accueillir Lugano, le défenseur se réjouit de poursuivre la saison avec Fabio Grosso, une première à Tourbillon.

par
Nicolas Jacquier
Le 20 décembre dernier, Ayoub Abdellaoui avait inscrit contre Vaduz le but de la délivrance à la 90e minute (2-1). Un but providentiel qui a peut-être sauvé son entraîneur…

Le 20 décembre dernier, Ayoub Abdellaoui avait inscrit contre Vaduz le but de la délivrance à la 90e minute (2-1). Un but providentiel qui a peut-être sauvé son entraîneur…

Urs Lindt/freshfocus

Depuis son arrivée à la «Porte d’Octodure» à l’été 2018 en provenance de l’USM Alger, Ayoub Abdellaoui (27 ans) a déjà vu défiler pas mal d’entraîneurs sur le banc du FC Sion. Maurizio Jacobacci, Murat Yakin et Christian Zermatten avaient ainsi successivement dirigé le club valaisan durant la saison 2018-2019.

Le rythme de la valse des techniciens s’était encore accéléré à Tourbillon lors de l’exercice suivant quand Stéphane Henchoz, le tandem Christian Zermatten et Sébastien Bichard, Ricardo Dionisio et Paolo Tramezzani avaient tour à tour pris place sur le banc.

Rien de tel cette saison-ci, où la stabilité semble de mise. La preuve: Fabio Grosso a commencé le championnat et il est toujours là après 13 matches, en débit d’un bilan chiffré décevant, que la longue pause liée à la quarantaine imposée au FC Sion peut en partie expliquer.

Abdellaoui apprécie la nouveauté, suffisamment rare pour être signalée. «C’est la première fois que j’effectue la préparation hivernale avec le même coach que celui ayant commencé le championnat, observe-t-il. Cela fait du bien de continuer avec le même entraîneur... C’est le signe d’une stabilité qui doit se prolonger.» Le défenseur central a peut-être lui-même directement contribué à sauver la tête de son entraîneur. Si le No 30 de Tourbillon n’avait pas signé le but de la victoire à la 90e contre Vaduz (2-1) le 20 décembre dernier, Grosso ne serait aujourd’hui peut-être plus là.

Aucun match amical

Actuel barragiste de Super League, Sion s’apprête à entamer 2021 sans le moindre match amical dans les jambes au moment d’accueillir dimanche Lugano dans une rencontre à rattraper de la 10e journée. «On aurait aimé jouer au moins un vrai match mais cela n’a pas pu se faire. Il faudra s’adapter.» En lieu et place, les Valaisans avaient disputé le week-end dernier une petite opposition interne de 75 minutes.

«Notre objectif, c’est d’éviter de trop souffrir comme l’an passé. Pour cela, on doit regarder vers le haut»

Ayoub Abdellaoui, défenseur du FC Sion

Notre interlocuteur le sait, ses coéquipiers certainement également, ce match de reprise s’annonce déjà capital. Il peut permettre à Sion de céder son inconfortable 9e rang au FC Lucerne.

«On doit continuer dans la lignée de nos derniers matches avant les Fêtes, reprend Ayoub. Personne n’a envie de revivre ce que l’on a connu la saison dernière, lorsque l’on avait tremblé jusqu’à la dernière journée pour assurer notre maintien. Notre objectif, c’est d’éviter de trop souffrir comme l’an passé. Pour cela, on doit regarder vers le haut, en allant chercher les premières équipes qui nous précédent, on n’en est pas trop loin. Une victoire contre Lugano nous donnerait le bon tempo.»

Avec l’arrivée de Léo Lacroix et une possible redistribution des cartes, notre interlocuteur ignore s’il sera sur le terrain dimanche au coup d’envoi. «On n’a pas encore une idée précise de qui va commencer…»

En fin de contrat

En fin de contrat au 30 juin prochain, Abdellaoui ne sait pas davantage s’il sera toujours valaisan la saison prochaine. «Je me concentre actuellement sur le terrain, explique-t-il. Mon avenir va aussi dépendre d’éventuelles autres offres. Beaucoup de mes compatriotes vont signer au Qatar, en Arabie Saoudite ou ailleurs au Moyen-Orient... Mais moi, je souhaiterais idéalement rester en Europe.»

Et pourquoi pas en Valais, histoire de renforcer une stabilité naissante mais encore tellement fragile.

Votre opinion

17 commentaires