Transport: Absurde: 18 280 kilomètres pour des cornichons!
Publié

TransportAbsurde: 18 280 kilomètres pour des cornichons!

Des cornichons du Vietnam à la Migros, des graines de Grenade du Pérou à la Coop ou de l’eau du Groenland, l’Initiative des Alpes ouvre son concours annuel sur les produits importés les plus aberrants.

par
Eric Felley
Manger des cornichons? Les Suissesses et les Suisses adorent. Mais faut-il les importer depuis le Vietnam à plus de 18 000 kilomètres?

Manger des cornichons? Les Suissesses et les Suisses adorent. Mais faut-il les importer depuis le Vietnam à plus de 18 000 kilomètres?

IStockphoto

«La marque Migros Condy achemine les cornichons par bateau du Vietnam jusqu’à Rotterdam, puis par le rail jusqu’en Suisse. Soit un trajet de 18 280 kilomètres pour un légume que l’on pourrait produire chez nous!» L’association l’Initiative des Alpes récidive cette année avec son palmarès des produits qu’on trouve en Suisse et qui font l’objet d’un transport qualifié d’ «insensé face au changement climatique». Il décerne ainsi son prix intitulé la «Pierre du diable».

Ces dernières années cette distinction a été attribuée à l’eau importée des îles Fidji, aux façades en pierre des bâtiments CFF à Zurich taillée en Chine ou à l’ «Air des Alpes» en spray. Pour l’édition 2020, à côté des cornichons vietnamiens de la Migros, l’association propose les graines de grenade vendues à la Coop provenant du Pérou. Transportées par bateau de Lima jusqu’en Égypte pour y être conditionnées, acheminées par avion jusqu’à Zurich et par camion jusqu’aux diverses filiales, elles font 17 590 km pour arriver dans nos assiettes.

Le troisième concurrent est vendu chez Manor. Il s’agit d’une nouvelle «eau de luxe» de la marque canadienne Berg. Elle provient de la fonte des glaciers groenlandais. Les blocs de glace flottant autour de Terre-Neuve sont collectés et ramenés à terre par bateau, puis livrés par la route à une installation de remplissage. Les bouteilles sont alors acheminées par ferry et camion jusqu’au port de Halifax, puis par bateau jusqu’à Anvers et enfin par camion via Bordeaux jusqu’en Suisse. Après 9602 km, elles ont produit 794 grammes de CO₂, alors qu’un verre d’eau du robinet en Suisse équivaut à 0,04 gramme de CO₂.

Des bonnes idées aussi

«Nous devons faire en sorte que la fabrication de produits redevienne régionale, car un trajet plus court est bénéfique au climat et aux Alpes. Mettre en place des cycles économiques régionaux nous rend plus flexibles et plus résistants face aux crises, crée localement des places de travail et apporte une valeur ajoutée», défend le conseiller national Jon Pult (PS/GR), président de l’Initiative des Alpes. Ainsi, l’Initiative des Alpes ouvre également un concours pour des produits positifs et novateurs, le «Cristal de roche». Sont en compétition cette année: L’Automne culinaire, une plate-forme pour des produits régionaux dans les Grisons, Live Track, une plate-forme virtuelle pour surveiller en temps réel les niveaux de remplissage des conteneurs de récupération, et Urban Logistics, une plate-forme de services de transport qui rassemble les principaux coursiers à vélo.

Votre opinion

59 commentaires