Yverdon-les-Bains (VD): Accident de Bavois: deux condamnations
Publié

Yverdon-les-Bains (VD)Accident de Bavois: deux condamnations

Un accident mortel était survenu sur les voies de chemins de fer, en 2011.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration)

Keystone

Deux chefs de projet ont été reconnus coupables d'homicide par négligence à Yverdon-les-Bains (VD). Un accident mortel était survenu en 2011 suite à la rénovation de la gare de Bavois.

Un dessinateur en bâtiment, employé par les CFF au moment des faits, et un ingénieur en génie civil ont été entendus par le Tribunal d'arrondissement de la Broye et du Nord vaudois. Ils ont été jugés coupables d'homicide par négligence, d'entrave à la circulation publique par négligence et d'entrave au service des chemins de fer par négligence pour avoir été à l'origine de travaux qui ont causé un accident mortel entre une voiture et un train.

Le dessinateur en bâtiment est condamné à 60 jours-amende à 100 francs, avec deux ans de mise à l'épreuve. Quant à l'ingénieur, il est puni de 30 jours-amende à 170 francs, également avec un sursis de deux ans. Les intéressés, conseillés par leur avocat, pourraient cependant faire recours.

Frais de justice

Alors que les frais de justice seront partagés entre les coupables, il n'en est pas de même pour les 32'000 francs de réparation au tort moral. Couvert par une disposition fédérale protégeant ses fonctionnaires, l'ancien employé des CFF ne doit rien à la famille du défunt.

Les deux hommes étaient chargés, entre 2009 et 2010, d'assurer les travaux de réaménagement de la gare de Bavois. L'objectif était de prolonger les quais, mais ils ont également demandé la rénovation de la rampe d'accès au quai numéro 2. Quelques mois après ces travaux, un septuagénaire s'est retrouvé sur les rails avec sa voiture.

Séparation insuffisante

Le Tribunal a retenu que la séparation entre la route et l'accès au quai, qui avait notamment été élargi, était insuffisante au moment de l'accident.

Suite aux modifications de la rampe - dont les plans avaient été approuvés par la hiérarchie de l'employé de CFF - cet accès destiné aux piétons pouvait être confondu avec la route d'accès à la gare pour les usagers venant de Bavois. Elle était, en effet, dépourvue de mesures de sécurité, comme une signalisation ou une barrière appropriée.

Mort d'un automobiliste

En octobre 2011, un automobiliste qui se rendait à la gare s'est engagé sur la nouvelle rampe. Il a roulé jusqu'au moment où ses roues avant se sont retrouvées suspendues dans le vide, au-dessus des rails.

La voiture s'est alors retrouvée bloquée sur le châssis, alors qu'un train arrivait à vive allure. Le mécanicien de locomotive a activé le freinage d'urgence. L'automobiliste est parvenu à sortir du véhicule, mais il a été happé et est décédé sur place.

(ats)

Votre opinion