01.11.2018 à 03:37

BrexitAccord avec l'UE sur le secteur financier

Selon le Times, Londres a trouvé un accord avec l'UE permettant à son secteur financier de garder accès au marché unique.

1 / 150
La large victoire promise au Premier ministre conservateur britannique Boris Johnson aux législatives lui laisse les coudées franches pour définir quel type de Brexit il compte mettre en oeuvre, en restant plus ou moins proche de l'UE. (Vendredi 13 décembre 2019)

La large victoire promise au Premier ministre conservateur britannique Boris Johnson aux législatives lui laisse les coudées franches pour définir quel type de Brexit il compte mettre en oeuvre, en restant plus ou moins proche de l'UE. (Vendredi 13 décembre 2019)

AFP
Une diplomate britannique chargée du Brexit à l'ambassade de Washington a démissionné, fatiguée des «demi-vérités». (Vendredi 6 décembre 2019)

Une diplomate britannique chargée du Brexit à l'ambassade de Washington a démissionné, fatiguée des «demi-vérités». (Vendredi 6 décembre 2019)

AFP
Le débat télévisé de vendredi était le dernier avant les législatives anticipées de jeudi. En toile de fond, le Brexit était présent. (6 décembre 2019)

Le débat télévisé de vendredi était le dernier avant les législatives anticipées de jeudi. En toile de fond, le Brexit était présent. (6 décembre 2019)

AFP

Londres a trouvé un accord avec les négociateurs européens qui va permettre au secteur financier britannique de conserver l'accès au marché unique de l'Union européenne après le Brexit, rapporte jeudi le Times. Bruxelles lui accorde un régime d'équivalence élargie.

Le Royaume-Uni et l'UE sont convenus de tous les aspects du futur partenariat concernant les services, de même que les échanges de données, après la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE prévue le 29 mars prochain, ajoute le journal, citant des sources gouvernementales.

Le secteur financier britannique avait dénoncé en juillet dernier le plan de Brexit de la première ministre Theresa May, auquel il reprochait de ne pas tenir compte de ses propres propositions pour faciliter ses activités dans l'UE après le Brexit.

En prévision du divorce entre la Grande-Bretagne et l'UE, les entreprises du secteur financier installées à Londres ont entrepris d'ouvrir des filiales dans d'autres pays de l'UE afin de conserver leur passeport européen, qui permet d'exercer dans l'ensemble du bloc.

Accord général en vue

Un accord a été obtenu sur un régime d'équivalence élargi, écrit le Times, précisant que le principal conseiller de Theresa May, Oliver Robbins, se trouvait à Bruxelles pour poursuivre les négociations. Le régime de l'équivalence permet aux établissements financiers d'un pays extérieur à l'UE soumis à une législation similaire de conserver son accès au marché unique européen. Londres considérait que le régime actuel d'équivalence laissait à l'UE le soin de décider qui a accès à ses marchés. Dans son «livre blanc' sur le Brexit, le gouvernement britannique prônait un régime d'équivalence élargi par rapport à celui qui régit l'accès aux marchés financiers de l'UE pour les partenaires comme les Etats-Unis ou le Japon.

Un accord global sur les relations post-Brexit entre Londres et Bruxelles est »fermement en vue", a déclaré mercredi le ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, laissant entendre que cet accord pourrait être finalisé d'ici au 21 novembre.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!