Publié

ClimatAccord de Paris: plaidoyer du chef de l'ONU

Antonio Guterres a estimé mardi qu'il était «absolument essentiel» que l'accord de Paris soit mis en oeuvre, alors que Trump doit clarifier sa position.

1 / 80
Quelque 200 pays, dont la Suisse, se retrouvent lundi à Bonn pour avancer vers la mise en oeuvre de l'accord de Paris. (Dimanche 29 avril 2018)

Quelque 200 pays, dont la Suisse, se retrouvent lundi à Bonn pour avancer vers la mise en oeuvre de l'accord de Paris. (Dimanche 29 avril 2018)

AFP
Selon le secrétaire général de l'ONU, grâce aux efforts des villes et des Etats, les USA sont en bonne voie d'honorer les objectifs de la COP21. (Jeudi 29 mars 2018)

Selon le secrétaire général de l'ONU, grâce aux efforts des villes et des Etats, les USA sont en bonne voie d'honorer les objectifs de la COP21. (Jeudi 29 mars 2018)

Keystone
«Nous sommes heureux du succès de notre réunion» et de la réaffirmation que «l'accord de Paris est irréversible et non négociable», a déclaré la ministre canadienne du changement climatique, malgré le volte-face de Washington, samedi.

«Nous sommes heureux du succès de notre réunion» et de la réaffirmation que «l'accord de Paris est irréversible et non négociable», a déclaré la ministre canadienne du changement climatique, malgré le volte-face de Washington, samedi.

AFP

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a affirmé mardi qu'il était «absolument essentiel» que l'accord de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique soit mis en oeuvre, à un moment où les Etats-Unis doivent clarifier leur position.

Dans son premier grand discours consacré au changement climatique, le patron de l'ONU a jugé que les objectifs fixés par l'accord, obtenu en 2015, devaient être remplis «avec une ambition accrue».

Les Etats-Unis font partie des 147 pays et entités ayant signé ce texte historique qui vise à limiter le réchauffement planétaire à moins de deux degrés Celsius en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. «Nous pensons qu'il serait important pour les Etats-Unis de ne pas quitter l'accord de Paris», a répondu Antonio Guterres à une question après son discours à la New York University.

La société américaine doit rester engagée

Mais, a-t-il nuancé, «même si le gouvernement décide de quitter l'accord de Paris, il est très important pour la société américaine dans son ensemble - les villes, les Etats, les entreprises - de rester engagée», dans une volonté de se diriger vers une économie propre. «Nous devons faire tout notre possible pour relever nos ambitions et actions jusqu'à ce que nous réussissions à renverser la courbe des émissions et ralentir le réchauffement mondial», a-t-il ajouté.

Lors du sommet du G7 le week-end dernier, Donald Trump a refusé de se joindre aux six autres grandes économies du groupe pour s'engager à mettre en oeuvre l'accord de Paris, assurant qu'il donnerait sa décision en la matière cette semaine.

Le secrétaire général de l'ONU, qui a qualifié l'accord de «moment remarquable dans l'histoire de l'humanité», a par ailleurs assuré que les entreprises énergétiques n'avaient pas attendu les politiques gouvernementales pour se mettre à la page de l'économie verte. «Ceux qui échoueront à faire le pari de l'économie verte connaîtront un avenir gris», a-t-il prévenu.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!