Wall Street: Accord entre la justice et un célèbre financier
Publié

Wall StreetAccord entre la justice et un célèbre financier

Maurice «Hank» Greenberg était accusé d'avoir masqué des difficultés financières.

Maurice «Hank» Greenberg, 91 ans, était accusé d'avoir orchestré en 2000 une transaction de 500 millions de dollars (500 millions de francs au cours actuel) pour dissimuler aux actionnaires les difficultés financières du groupe. (Photo d'archives)

Maurice «Hank» Greenberg, 91 ans, était accusé d'avoir orchestré en 2000 une transaction de 500 millions de dollars (500 millions de francs au cours actuel) pour dissimuler aux actionnaires les difficultés financières du groupe. (Photo d'archives)

Keystone

Le procureur de l'Etat de New York, aux Etats-Unis, a annoncé vendredi être parvenu à un accord avec Maurice «Hank» Greenberg, un des grands noms de Wall Street. Ce dernier était traîné devant les tribunaux pour des faits remontant à son règne à la tête de l'assureur américain AIG.

Maurice «Hank» Greenberg, 91 ans, était accusé d'avoir orchestré en 2000 une transaction de 500 millions de dollars (500 millions de francs au cours actuel) pour dissimuler aux actionnaires les difficultés financières du groupe.

L'homme et l'ancien directeur financier d'AIG étaient notamment soupçonnés d'avoir augmenté artificiellement les réserves destinées à couvrir des pertes grâce à des contrats de réassurance avec General Re, une filiale de Berkshire Hathaway, la société du milliardaire Warren Buffett.

Une procédure qui a duré une décennie

Pendant douze ans, Maurice «Hank» Greenberg a rejeté les accusations, faisant valoir qu'il ne pouvait être au courant de ces opérations parce qu'il dirigeait un groupe présent dans 137 pays et employant 75'000 personnes. Il avait ainsi usé de multiples recours pour retarder la procédure, mais en septembre dernier l'Etat de New York était parvenu à le déférer devant les tribunaux pour un procès qui devait durer plusieurs mois.

Finalement, Maurice «Hank» Greenberg «a admis avoir initié, pris part et approuvé les transactions frauduleuses», a affirmé dans un communiqué le procureur. L'ancien grand patron va verser 9 millions de dollars, qui correspondent aux bonus perçus entre 2001 et 2004, à l'Etat de New York. Le directeur financier, lui, écope d'une amende de 900'000 dollars. Hank Greenberg n'est en revanche pas interdit d'exercer d'activité financière et peut donc continuer à diriger la société d'investissement C.V Starr & Co.

(ats)

Votre opinion