09.12.2016 à 17:25

HorlogerieAccord entre le personnel et Richemont

Les employés du groupe de luxe genevois touché par la restructuration acceptent un plan social retouché.

Sans la mobilisation des employés, l'accord n'aurait pas été amélioré, selon Unia.

Sans la mobilisation des employés, l'accord n'aurait pas été amélioré, selon Unia.

Keystone

Unia, les représentants du personnel de Vacheron Constantin et Piaget et la direction de Richemont ont trouvé un accord concernant le plan social. Le groupe de luxe genevois a sensiblement amélioré ce dernier et le nombre des suppressions d'emplois, initialement prévu de 211 sur les sites de La Côte-aux-Fées (NE) de Genève et dans la Vallée de Joux, est fortement réduit.

Se félicitant de cette avancée dans un communiqué diffusé vendredi soir, Unia l'attribue à la mobilisation et à la détermination du personnel et de ses représentants. De tels mouvements n'ont plus été vus depuis des décennies dans l'industrie horlogère.

Unia note par ailleurs que la médiation des instances nationales de la convention collective de travail de l'industrie horlogère a facilité le dialogue. Le résultat de la négociation a été accepté par le personnel des quatre sites touchés par la restructuration.

Toutefois, de vives critiques ont été émises quant au contenu «minimaliste du plan social au vu des capacités financières de Richemont, précise le syndicat. Au titre des améliorations, Unia indique une augmentation de la prime de départ de 15% pour les salariés âgés jusqu'à 45 ans et d'un mois de salaire au minimum. Pour les collaborateurs les plus âgés, la hausse atteint 20%.

Moins de licenciements que prévu

Facilitant les départs volontaires, l'amélioration du plan social a permis de revoir en forte baisse le nombre de licenciements. Contacté par l'ats, le syndicat n'a pas souhaité en révéler l'ampleur, cette tâche incombant à Richemont.

Interrogée, l'entreprise confirme l'accord. Mais elle n'a pas souhaité faire d'autres commentaires.

Le groupe de luxe genevois a aussi amélioré les mesures pour le placement et la formation du personnel licencié. Toutefois, Richemont a refusé de recourir au chômage partiel, écrit Unia qui regrette la mise à l'écart de cette mesure pour maintenir l'emploi.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!