08.03.2016 à 15:19

Suisse - NigeriaAccord sur la restitution des 321 millions d'Abacha

L'argent détourné par l'ex-dictateur Abacha sera restitué au Nigeria. Didier Burkhalter a signé à Abuja un accord stipulant les conditions de son utilisation.

1 / 2
Didier Burkhalter sur les lieux de l'attentat du 15 janvier à l'hôtel Splendid et au Bar Cappuccino de Ouagadougou. (Lundi 7 mars 2016)

Didier Burkhalter sur les lieux de l'attentat du 15 janvier à l'hôtel Splendid et au Bar Cappuccino de Ouagadougou. (Lundi 7 mars 2016)

Keystone
Le chef du Département des affaires étrangères (DFAE) avec son homologue sur les lieux de l'attentat du 15 janvier. (Lundi 7 mars 2016)

Le chef du Département des affaires étrangères (DFAE) avec son homologue sur les lieux de l'attentat du 15 janvier. (Lundi 7 mars 2016)

Keystone

La Suisse et le Nigeria sont en passe de régler la restitution de 321 millions de dollars détournés par l'ex-dictateur Abacha. Didier Burkhalter et le ministre nigérian de la justice Abubakar Malami San ont signé mardi à Abuja une lettre d'intention en ce sens.

A l'issue de cette signature, le chef de la diplomatie suisse a indiqué que ce document confirme le principe de la restitution des fonds avec un monitoring de la Banque mondiale. Ce suivi est une exigence légale, afin que l'argent puisse effectivement être rendu au Nigeria et utilisé, comme le prévoit l'accord, pour soutenir des programmes sociaux en faveur de la population du pays.

La signature de cette lettre d'intention constitue donc un pas important. «Cette étape a été rendue possible par la confiscation, par le procureur du canton de Genève, de cette somme initialement déposée sur des comptes au Luxembourg», précise le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

Le chef du DFAE a rappelé que la Suisse avait été le premier pays à restituer de l«argent des fonds Abacha. Quelque 720 millions de dollars avaient déjà été rendus au Nigeria il y a dix ans.

Implication économique intensifiée

«La lutte contre la corruption est une des priorités de la Suisse», a déclaré Didier Burkhalter. Il a également rencontré le ministre des affaires étrangères Geoffrey Onyeama et le vice-président nigérian Yemi Osimbajo. La Suisse entend par ailleurs s'impliquer davantage sur le plan économique au Nigeria, première puissance économique africaine.

Didier Burkhalter inaugurera mardi soir un consulat général à Lagos, capitale économique du pays. Ce consulat, souhaité par l'économie d'exportation, permettra d'aider les entreprises suisses désireuses de s'installer ou de se développer au Nigeria. Il s'inscrit également dans la politique nigériane d«encouragement à la création d'emplois.

Signature d'un mémorandum

Didier Burkhalter et Geoffrey Onyeama ont signé un mémorandum qui règle les relations entre les deux pays. Des discussions régulières dans les domaines politique, des droits de l'homme et de la migration se tiendront dorénavant entre les deux pays dans ce cadre.

Les deux ministres ont également évoqué la politique sécuritaire de la région. Des groupes terroristes installés dans le nord du pays ont provoqué le déplacement de quelques deux millions de personnes, et la Suisse soutient les efforts humanitaires pour venir en aide à ces personnes.

Inauguration d'un consulat

Didier Burkhalter devait inaugurer mardi soir un consulat général à Lagos, capitale économique du pays, rappelant que «Lagos est au Nigeria ce que le Nigeria est à l'Afrique: un cœur économique». Il évoquera les cinquante-cinq ans de relations amicales entre les deux pays, et l'ouverture d'une ambassade une année après l'indépendance du Nigeria, en 1961.

Ce consulat, souhaité par l'économie d'exportation, permettra d'aider les entreprises suisses désireuses de s'installer ou de se développer au Nigeria. Il s'inscrit également dans la politique nigériane d'encouragement à la création d'emplois.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!