Valais: Accusé de harcèlement, Yannick Buttet annonce son retour
Actualisé

ValaisAccusé de harcèlement, Yannick Buttet annonce son retour

L'ancien conseiller national va retrouver son bureau de président de commune dès le 1er février.

1 / 8
Yannick Buttet fait son retour à la présidence de Collombey-Muraz le 26 mars 2018. Le scandale est à l'ordre du jour. Mais les partis passent rapidement sur l'affaire, laissant la justice faire son travail. L'élu affirme: «je ne suis pas le monstre que certains ont laissé entendre.»

Yannick Buttet fait son retour à la présidence de Collombey-Muraz le 26 mars 2018. Le scandale est à l'ordre du jour. Mais les partis passent rapidement sur l'affaire, laissant la justice faire son travail. L'élu affirme: «je ne suis pas le monstre que certains ont laissé entendre.»

Le 30 janvier 2018, «Radio-Chablais» annonce que Yannick Buttet va effectuer son retour à son bureau de président de Collombey-Muraz (VS) dès le 1er février. Le politicien suit toujours une thérapie mais son traitement lui permet ce retour aux affaires.

Le 30 janvier 2018, «Radio-Chablais» annonce que Yannick Buttet va effectuer son retour à son bureau de président de Collombey-Muraz (VS) dès le 1er février. Le politicien suit toujours une thérapie mais son traitement lui permet ce retour aux affaires.

http://www.collombey-muraz.ch/
Le 17 décembre, la presse annonce qu'une plainte pénale a été déposée pour contrainte. Le jour-même, Yannick Buttet annonce sa démission du Conseil national, mais pas de son poste de président de la commune de Collombey-Muraz, pour lequel il obtient un arrêt maladie.

Le 17 décembre, la presse annonce qu'une plainte pénale a été déposée pour contrainte. Le jour-même, Yannick Buttet annonce sa démission du Conseil national, mais pas de son poste de président de la commune de Collombey-Muraz, pour lequel il obtient un arrêt maladie.

Keystone

L'ancien conseiller national valaisan Yannick Buttet reprend ce jeudi 1er février la présidence de la commune de Collombey-Muraz (VS). Le démocrate-chrétien avait démissionné de son poste sous la Coupole fédérale suite à des accusations de harcèlement sexuel.

L'information révélée par «Radio Chablais» a été confirmée à l'ats par le municipal socialiste et vice-président de la commune Olivier Turin. Ce dernier a assumé la présidence de la commune durant deux mois en raison de l'absence pour maladie de M. Buttet. Le mandat de président de la commune équivaut à un taux d'occupation à 60% et M. Buttet l'assumera normalement, a précisé M. Turin.

En proie à des accusations de harcèlement sexuel parues dans la presse et à une procédure pénale pour contrainte, Yannick Buttet avait annoncé le 17 décembre qu'il démissionnait du Conseil national. Il a pris cette décision dans l'intérêt de sa famille et de son parti et précisé qu'il allait suivre un traitement médical pour maîtriser sa consommation d'alcool.

Selon Radio Chablais, le politicien suit toujours une thérapie mais son traitement lui permet de retourner aux affaires. Yannick Buttet n'était pas atteignable mardi pour une prise de position.

Au Conseil national, le démocrate-chrétien sera remplacé par Benjamin Roduit, ancien coprésident du PDC du Valais romand.

(ATS)

Votre opinion