Dubaï - Accusées de «débauche en public», elles seront expulsées

Publié

DubaïAccusées de «débauche en public», elles seront expulsées

Une séance photo dénudée sur un balcon a suscité un véritable tollé aux Émirats.

Twitter

L’émirat de Dubaï a annoncé mardi l’expulsion prochaine d’un groupe de personnes, sans en préciser le nombre, qui vont être expulsées après avoir été arrêtées pour «débauche en public» à la suite d’une séance de photos et de vidéos dénudées. Des images ont été diffusées sur les réseaux sociaux la semaine dernière, montrant au moins 18 étrangères posant nues dans un appartement du quartier de la marina de Dubaï.

«Le bureau du procureur a achevé son enquête sur la récente publication de photos d’une séance qui enfreint la législation des Émirats arabes unis», a indiqué le service de communication de Dubaï, l’un des sept émirats composant cette fédération. «Les personnes impliquées seront expulsées des Émirats arabes unis. Aucun autre commentaire ne sera effectué concernant cette affaire», a ajouté cette source, sans préciser de nationalité ni le calendrier des expulsions.

La police de Dubaï avait indiqué samedi dans un communiqué qu’un groupe de personnes apparaissant dans une «vidéo indécente» diffusée sur internet avaient été arrêtées. Elle avait prévenu que ce genre de comportement était «inacceptable» et qu’il ne représentait pas «les valeurs ni l’éthique de la société émiratie».

«Atteinte à la morale»

Selon le «Daily Mail», onze Ukrainiennes figurent parmi les personnes arrêtées, dont le mannequin Yana Graboshchuk, reconnue sur les photos grâce à ses tatouages. Un photographe russe et d’autres jeunes femmes composeraient le reste du groupe.

De son côté, le journal «Moskovsky Komsomolets» affirme que le magnat russe de l’informatique Alexei Kontsov se cacherait derrière ce shooting polémique. Ce serait d’ailleurs lui qui aurait filmé les jeunes femmes depuis un balcon et posté la vidéo sur les réseaux sociaux.

D’autres rumeurs indiquent encore que ces images pourraient être destinées à un magazine porno israélien.

Les Émirats arabes unis sont considérés comme l’une des nations du Golfe les plus permissives mais la pornographie et «tout autre élément pouvant porter atteinte à la morale publique» sont illégaux. Des peines allant jusqu’à six mois d’emprisonnement et 1300 francs d’amende peuvent y être infligées pour toute violation de la loi sur la décence publique.

(AFP/Lematin.ch)

Ton opinion