25.10.2019 à 12:53

Actions de protestations dans la construction

Suisse romande

Des centaines de travailleurs du second oeuvre ont prolongé leur pause en protestation contre le refus des patrons d'augmenter les salaires.

La grogne gronde sur les chantiers.

La grogne gronde sur les chantiers.

Keystone

Des centaines de travailleurs du second oeuvre de la construction ont protesté vendredi en Suisse romande contre le refus des employeurs d'augmenter leurs salaires. Les employés ont manifesté leur mécontentement par des pauses prolongées sur leur chantier.

Le refus d'augmenter les salaires de 100 francs «est une provocation des associations patronales», a indiqué Unia. Selon le syndicat, «tous les indicateurs économiques de la branche sont au vert et il y a également une pénurie de main-d'oeuvre». La prochaine séance de négociations aura lieu le 13 novembre.

Selon Unia, le sentiment d'injustice est renforcé dans le second oeuvre (menuiserie, peinture, pose de sols, etc.) par le fait que d’autres corps de métiers de la construction, comme le gros œuvre ou l’électricité, verront leurs salaires augmenter en 2020.

Après une action jeudi passé à Bussigny (VD), où une centaine de travailleurs s’étaient mobilisés, le mouvement s'est étendu vendredi à l’ensemble de la Suisse romande. Des centaines d'employés ont participé à des pauses prolongées de protestation et ont envoyé des photos de leurs outils déposés au sol sur les réseaux sociaux.

Des actions de protestation ont été observées par le syndicat sur des «chantiers importants» à Monthey (VS), La Tour-de-Trême (FR), Estavayer-le-Lac (FR), Genève, Neuchâtel et à Malleray dans le Jura bernois.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!