14.07.2012 à 16:36

JO 2012Adidas accusé d'exploiter des ouvriers au Cambodge

Les organisateurs des JO de Londres ont ouvert une enquête sur les allégations d’exploitation d’ouvriers.

Reuters

Dans son édition de samedi, le quotidien britannique Daily Telegraph rapporte que des employés d’une usine Adidas à Shen Zhou, dans la banlieue de Phnom Penh, sont payés 66 dollars (60 francs) par mois pour confectionner des vêtements qui seront vendus aux JO cet été. Des ouvriers ont expliqué au journal qu’ils pouvaient augmenter leur salaire jusqu’à 120 dollars en travaillant deux heures supplémentaires par jour, soit 10 heures.

«Nous venons juste de prendre connaissance de cette allégation et nous la prenons très au sérieux», a réagi un porte-parole du Comité d’organisation des JO (Locog), ajoutant qu’une enquête allait être ouverte. «L’usine de Shen Zhou est apparemment inspectée par l’Organisation internationale du travail (OIT) ou le programme de la Banque mondiale», a-t-il encore dit à l’AFP. «Nous rappelons régulièrement à tous nos titulaires de licences l’importance» de respecter les règles d’origine de leurs produits «qu’ils ont tous signées».

Selon un porte-parole d’Adidas interrogé par le Daily Telegraph, les salariés de l’usine de Shen Zhou gagnent en moyenne 130 dollars par mois, «ce qui est bien supérieur au salaire minimum». «Adidas est persuadé de respecter les standards du Locog», a-t-il affirmé.

Le salaire minimum mensuel dans le textile au Cambodge est officiellement de 66 dollars, après une augmentation de 5 dollars obtenue en fin d’année dernière à la suite d’une série d’évanouissements de masse dans des usines de vêtements de grandes marques étrangères comme Puma et H&M. Mais la plupart des ouvriers sont contraints de travailler davantage pour gagner une centaine de dollars afin de s’en sortir.

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!