30.08.2017 à 06:44

Grosse frayeurAdo blessé par un natel explosif

Un Vaudois a été brûlé lors de l’explosion d’un mobile acheté bon marché sur un site chinois. Aucun remboursement à l’horizon, et pas de garantie que cela ne se reproduise pas.

par
Sarah Zeines
Le drap est bien troué. Quant au téléphone, il est hors d’usage.

Le drap est bien troué. Quant au téléphone, il est hors d’usage.

Laurent Crottet

«J'ai entendu un bruit. Et puis, les draps se sont enflammés.» Besart Aliu, un habitant de Bussigny (VD), n’en revient pas. Dimanche matin, l’adolescent était couché sur son lit et utilisait le smartphone acheté par son grand frère lorsque, soudain, l’appareil a explosé. S’il s’en est tiré avec une grosse brûlure au mollet, le bilan aurait pu être beaucoup plus grave.

«Au moment de l’explosion, le téléphone a volé en éclats, explique l’ado. J’aurais pu recevoir un bout de métal au visage ou dans l’œil. Si cela s’était déroulé pendant la nuit, c’est l’appartement qui aurait brûlé, avec mes deux frères et ma sœur dedans.»

La brûlure sur le mollet est déjà impressionnante. Ailleurs sur le corps, les conséquences auraient pu être désastreuses.

La brûlure sur le mollet est déjà impressionnante. Ailleurs sur le corps, les conséquences auraient pu être désastreuses.

Heureusement pour lui, son frère Besnik, dans la pièce d’à côté au moment de l’accident, vole rapidement à son secours. «J’ai éteint le feu et nous avons soigné la blessure, raconte-il. À part un bout de jambe et un drap brûlé, il n’y a rien eu.» Le mobile, en revanche, est irrécupérable.

Une cinquantaine d’euros

«Je l’avais commandé en ligne pour une cinquantaine d’euros au mois de juin, assure Besnik. Cela ne faisait que trois ou quatre semaines que je l’utilisais.» Encore remué par l’explosion, Besnik se saisit de son ordinateur pour faire une réclamation au site responsable de la livraison. «On m’a répondu que le vendeur du téléphone serait exclu du site, relève-t-il. Aucun remboursement ou dédommagement ne m’a été proposé.»

Basé en Chine, le marchand de portables était toujours sur le site au lendemain de l’accident. Contacté, l’hébergeur AliExpress garantit qu’il fait tout son possible pour éviter que cela ne se reproduise. «Nous sommes en train d’enquêter afin d’établir les détails de cet incident et nous prendrons des mesures contre tout vendeur qui violerait nos conditions d’utilisation, assure Barbara Mieth, qui représente le site Web. L’annonce vient d’être retirée.»

Les frères Aliu, pour leur part, comptent désormais acheter leurs portables dans les magasins suisses.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!