Motocyclisme - Aegerter: après les honneurs, le plan 2022
Publié

MotocyclismeAegerter: après les honneurs, le plan 2022

Honoré samedi soir dernier lors du Gala de la F.I.M., à Monte-Carlo, le champion du monde supersport planche sur 2022. Et il y a du boulot.

par
Jean-claude Schertenleib
Tapis rouge pour Dominique Aegerter, bien accompagné à Monte-Carlo.

Tapis rouge pour Dominique Aegerter, bien accompagné à Monte-Carlo.

DR

Tapis rouge, costume, remise de médailles: la Fédération internationale de motocyclisme (F.I.M.) célébrait, samedi soir, ses champions du monde 2020 (la cérémonie avait alors dû être annulée en raison de la pandémie) et 2021 au Sporting de Monte-Carlo, en présence de Son Altesse Sérénissime, le Prince Albert II.

Champion du monde supersport cette année, Dominique Aegerter n’était pas le seul Suisse présent, puisque l’équipage bernois Markus Schlosser/Marcel Fries, couronnés en side-cars – le premier titre helvétique depuis l’ultime sacre de Rolf Biland, en 1994 – étaient également récompensés.

A peine revenu de la Principauté, Aegerter s’est immédiatement repenché dans la préparation de sa saison 2022. Il attendait ainsi impatiemment la publication du calendrier provisoire de la Coupe du Monde MotoE pour s’assurer qu’il n’y aurait pas, comme cette année, collision de dates avec le mondial Supersport.

Les deux titres pour Aegerter?

En 2022, la MotoE sera présente – deux courses par week-end – lors de sept GP européens, chaque fois à des dates différentes que le supersport. Est-ce à dire que le Bernois va, comme cette année, tenter de chasser les deux titres?

«C’est l’idée, mais nous avons encore des discussions à mener avec mes deux équipes – les Néerlandais de Ten Kate en supersport, les Allemands d’Intact GP en MotoE – pour clarifier tous les détails», explique Aegerter.

Parmi ceux-ci – tous les calendriers de la saison future sont encore considérés comme provisoires -, il s’agira de se mettre d’accord sur ce qui pourrait survenir en cas de renvois ou de changements de dates dans l’un des deux championnats.

Couronné en supersport en ayant dû faire l’impasse sur un week-end (deux courses) cette saison, Aegerter sait, en regard de la nouvelle donne technique de la catégorie dès 2022, qu’il ne pourra pas se permettre un tel luxe l’an prochain.

Votre opinion