Transport aérien: Aéroports français perturbés par la grève
Publié

Transport aérienAéroports français perturbés par la grève

Le trafic restait perturbé lundi dans plusieurs aéroports français, notamment à Orly, au sud de Paris, en raison d'une grève des contrôleurs aériens.

Archives/photo d'illustration, AFP

La direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies de réduire pour la journée d'un tiers leurs vols sur les aéroports d'Orly et de Marseille (sud), et de 20% pour les aéroports de Lyon (centre-est), Nice (sud-est) et Beauvais (nord).

Selon des sources aéroportuaires, «environ 140 passagers ont passé la nuit sur les deux aérogares à Orly». Malgré l'annulation d'un vol sur trois, «la situation est calme car beaucoup de passagers ne se sont pas présentés». Les vols avaient en moyenne de une heure à 2h30 de retard selon les sources.

Dimanche, seulement 50% du trafic avait été assuré dans cet aéroport d'où partent essentiellement des vols nationaux et européens, et près de 40% des vols avaient été retardés, selon les mêmes sources.

90 vols annulés chez EasyJet

Air France prévoyait en revanche d'assurer son programme de vols long-courrier et tous ses vols de et vers l'aéroport de Roissy, au nord de Paris, sans exclure des retards et annulations de dernière minute.

De son côté, EasyJet a annulé près de 90 vols lundi et «n'exclut pas des perturbations additionnelles». D'après la compagnie à bas coûts, la grève cause également des retards sur les vols traversant l'espace aérien français.

Ryanair, qui a également dû annuler des vols dimanche et lundi, a déploré la «41e grève depuis 2009» menée par un syndicat français de contrôleurs aériens.

Le mouvement lancé par l'Unsa, troisième syndicat chez les aiguilleurs du ciel français, vise à protester contre des réductions d'effectifs prévues cette année en dépit de «perspectives de croissance importantes» du trafic.

Ce syndicat déplore aussi un «manque d'investissement» conduisant à «des pannes de plus en plus fréquentes ayant des implications directes dans la chaîne de sécurité».

(AFP)

Votre opinion