Hockey sur glace: Affaire de la palette: la ligue dans ses petits patins
Publié

Hockey sur glaceAffaire de la palette: la ligue dans ses petits patins

Samedi dernier à Genève, les arbitres n’ont pas pu appliquer le règlement faute d’outils adéquats. La ligue tente de calmer le jeu.

par
Grégory Beaud
Grégory Beaud

Rembobinons. Samedi soir, alors qu’il ne restait plus que deux minutes à jouer dans l’acte IV de la série Berne – GE Servette, Chris McSorley a demandé de mesurer la crosse de Beat Gerber. Selon le règlement, la hauteur de la palette ne devait pas excéder 7,62 centimètres. Le duo arbitral composé de MM. Tscherrig et Wiegand s’est exécuté.

Problème? L’outil mis à leur disposition à la table des Vernets n’était pas habilité à calculer cette norme qui est entrée en vigueur en 2014. La précédente mesure admise était de 7,5 centimètres. Comme la palette de Beat Gerber ne passait pas dans l’encoche pour un souffle, les hommes de loi ont donc décidé que la bout de la crosse du défenseur bernois était plus grande que 7,5 cm, mais plus petite que 7,62 cm.

En fin de match, Chris McSorley s’est emporté contre cette affaire pour le moins rocambolesque mais que l’on ne peut pas imputer aux directeurs de jeu. Devant cette situation somme toute embarrassante, la ligue a officiellement communiqué avec tous les clubs de l’élite en début de semaine pour calmer les esprits. Dans le courrier que «Le Matin» s’est procuré, les représentants de la Swiss Ice Hockey Federation ont été contraints d’admettre n’avoir pas les outils de mesure nécessaire dans les patinoires. «Gemäss unseren Informationen gibt es aktuell nur Messlehren mit welchen eine maximale Höhe der Stockschaufel von 7.5cm gemessen werden kann (seit 2014 beträgt die erlaubte Höhe einer Stockschaufel 7.62cm).» Traduction: «Selon nos informations, les outils à disposition ne peuvent mesurer qu’une hauteur maximale de 7,5 centimètres (depuis 2014, la hauteur légale est de 7,62 centimètres).» Cela fait donc plus de quatre ans que les outils sont obsolètes.

La fédération a enchaîné: «Die Schiedsrichter sind dazu informiert und wissen, dass nur eine Strafe ausgesprochen werden kann, wenn klar identifiziert werden kann, dass eine Stockschaufel legal bzw. illegal ist. Falls das nicht möglich ist, kommt IIHF Regel 41viii zur Anwendung: Ist es dem Schiedsrichter aus irgendeinem Grund nicht möglich, den Stock mit einer Messlehre zu vermessen, wird der Stock als unkorrekt beurteilt, und aus dem Spiel entfernt. Allerdings wird gegen kein Team eine Strafe verhängt.» Traduction : «Les arbitres sont au courant qu’ils ne peuvent donner de pénalité que lorsqu’il peut être clairement identifié qu’une canne est légale ou illégale. Sans quoi, ils seront contraints d’appliquer la règle 41viii du Rule Book de l’IIHF qui stipule que dans un tel cas la crosse doit être retirée du match sans qu’une sanction ne soit prononcée.»

Pour conclure, la SIHF précise que toutes les autres mesures (courbure de la palette notamment) sont possibles avec l’outil à disposition. C’est toujours ça de pris.

Au passage, on ne peut que conseiller aux Bernois de prendre une ou l’autre crosse de réserve au cas où Chris McSorley veuille tenter de retirer les cannes de ses adversaires l’une après l’autre… On n’est jamais trop prudent.

Votre opinion