13.11.2014 à 15:45

Grand ConseilAffaire de pédophilie: la justice valaisanne a bien fonctionné

La Commission de justice du Grand Conseil n'a relevé aucun manquement au niveau de la procédure judiciaire dans l'affaire de l'ex-policier soupçonné de pédophilie à Sion.

Le Grand Conseil valaisan.

Le Grand Conseil valaisan.

ARCHIVES, Keystone

Il n'y a pas eu de manquement au niveau de la procédure dans l'affaire de l'ex-policier soupçonné de pédophilie à Sion (VS). C'est ce qu'indique la Commission de justice (COJU) du Grand Conseil dans son rapport discuté ce jeudi 13 novembre au parlement cantonal. Tous les partis ont salué le rapport de la COJU. Ils se sont réjouis qu'aucun dysfonctionnement au niveau de la justice n'ait été constaté.

La COJU a décidé d'ouvrir une enquête en avril 2013. Elle souhaitait s'assurer notamment que l'ex-policier n'avait pas bénéficié d'un traitement de faveur.

Des dizaines de victimes

Une procédure avait été ouverte contre l'agent de police municipale de Sion en 2005 déjà, dans le cadre d'une vaste enquête fédérale. Faute de preuves et en raison des dispositions légales en vigueur à cette époque-là, un non-lieu avait été prononcé.

En mars 2013, le policier, également entraîneur d'une équipe de football junior, a été licencié avec effet immédiat en raison de son inculpation dans une affaire de pédophilie. L'homme est soupçonné d'actes sexuels sur «plusieurs dizaines» de mineurs, chiffre avancé jeudi par Oskar Freysinger, chef du département valaisan de la sécurité.

COGEST invitée à agir

Dans son rapport, la COJU invite la Commission de gestion (COGEST) du Grand Conseil à examiner s'il n'y a pas eu de manquement du côté de l'office pour la protection de l'enfant.

Oskar Freysinger a indiqué que cet office avait transmis un rapport à la COGEST. «Mais je ne sais pas ce que la COGEST va faire», a-t-il précisé.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!