Actualisé

Enquête institutionnelleAffaire Giroud: le parlement valaisan stoppé par un recours

Un recours auprès du Tribunal fédéral (TF) et l'entrée en vigueur d'un effet suspensif obligent la Commission de gestion du Grand Conseil valaisan (Cogest) à interrompre ses investigations sur le fonctionnement de l'Etat.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

La Commission de gestion du Grand Conseil valaisan (Cogest) doit interrompre ses investigations sur le fonctionnement de l'Etat dans l'affaire Giroud.

En cause, un recours auprès du Tribunal fédéral (TF) et l'entrée en vigueur d'un effet suspensif.

La commission était justement en passe de finaliser son rapport sur le dossier, écrit ce mardi 18 novembre l'Etat du Valais. Compte tenu de «l'intérêt à informer la population», elle attend une décision rapide du TF. En raison de la procédure en cours, la Cogest ne communiquera aucune information complémentaire, précise-t-elle.

La commission de gestion s'est emparée du dossier de l'encaveur Dominique Giroud en janvier dernier pour investiguer sur d'éventuels dysfonctionnements administratifs. Le rapport devait être présenté au Grand Conseil en novembre ou décembre.

En Valais, la justice enquête depuis octobre 2013 sur des délits fiscaux dont se serait rendu coupable l'encaveur. Dans le canton de Vaud, une procédure est ouverte contre le commerçant de vin pour escroquerie, falsification de marchandises et faux dans les titres.

A Genève, Dominique Giroud et trois complices présumés sont soupçonnés d'avoir commandité ou exécuté «le piratage de plusieurs ordinateurs, notamment de journalistes».

(ats)

Votre opinion