Publié

SuisseAffaire «Godzilla»: prévenue de nouveau jugée

La prof de fitness qui a abattu son compagnon de cinq balles, en 2012, devra comparaître devant le Tribunal fédéral.

Une image du Tribunal fédéral de Mon Repos, à Lausanne. (Photo d'illustration)

Une image du Tribunal fédéral de Mon Repos, à Lausanne. (Photo d'illustration)

Keystone

Le Tribunal fédéral va être saisi de l'affaire «Godzilla». Le Ministère public zurichois a en effet cassé le jugement du tribunal de deuxième instance. En avril dernier, celui-ci avait acquitté une instructrice de fitness qui avait tué son ami de cinq balles en 2012.

Après étude des considérants du jugement d'avril, le Ministère public zurichois a décidé de faire recours auprès du Tribunal fédéral, ont indiqué mardi les autorités, confirmant les révélations du Tages-Anzeiger.

Lorsque l'acquittement avait été prononcé le 21 avril, le procureur en charge du dossier n'avait pas exclu de faire appel à Mon Repos. Il exige l'annulation de l'acquittement et un nouveau procès.

En «mode survie»

En novembre 2012, la prévenue, une Suissesse aujourd'hui âgée de 35 ans et instructrice de fitness, avait tiré cinq coups de feu sur son ami brésilien, un sportif de combat catégorie poids lourd surnommé «Godzilla». L'homme la menaçait et la frappait, elle n'avait pas le choix, avait-elle plaidé en deuxième instance. «Soit je mourrais, soit il mourrait», avait-elle déclaré.

Le tribunal de deuxième instance avait jugé que la prévenue avait fait preuve d'un «excès excusable de légitime défense», même si cela ne changeait rien au fait qu'elle avait tué un homme. Elle était «en mode survie».

Condamnée en première instance

En mars 2015, le tribunal de première instance de Zurich avait fait une autre analyse. Les quatrième et cinquième coups de feu avaient été tirés, alors que l'homme était au sol et sans défense. Ils ne relevaient plus de la légitime défense et constituaient un meurtre.

La prévenue avait écopé de cinq ans de détention, soit la peine minimale pour la charge de meurtre. Le procureur avait requis 13 ans d'emprisonnement. En appel, il avait demandé une peine de huit ans et demi.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!