Justice: Affaire Grégory: le «corbeau» enfin démasqué grâce à la Suisse?
Publié

JusticeAffaire Grégory: le «corbeau» enfin démasqué grâce à la Suisse?

Une nouvelle technique suisse aurait permis une avancée spectaculaire dans l’enquête sur la mort du garçonnet retrouvé dans les eaux glacées de la Vologne en octobre 1984.

par
Laurent Siebenmann
Grégory Villemin a été enlevé le 16 octobre 1984 devant le domicile de ses parents à Lépanges-sur-Vologne (F). Son corps avait été retrouvé sans vie, quelques heures plus tard, dans une rivière de la région.

Grégory Villemin a été enlevé le 16 octobre 1984 devant le domicile de ses parents à Lépanges-sur-Vologne (F). Son corps avait été retrouvé sans vie, quelques heures plus tard, dans une rivière de la région.

AFP

L’affaire Grégory est relancée. Selon des informations du «Parisien», le fameux «corbeau», auteur de lettres anonymes menaçantes aux parents du petit garçon de 4 ans enlevé puis retrouvé mort dans la Vologne, le 16 octobre 1984, aurait été identifié.

C’est grâce à une nouvelle technique de stylométrie, développée par une entreprise suisse, que cette avancée dans l’enquête a été rendue possible. L’écriture de nombre de protagonistes de l’affaire et de personnes ayant vécu dans la région au moment des faits a été ainsi analysée par des algorithmes spécialement élaborés.

Le résultat de ces tests était tombé voici trois ans. Mais, pour des questions de procédure bloquée, les enquêteurs n’avaient pas pu passer à l’action. «Il y aura de nouvelles mises en examen, c'est certain», assure-t-on désormais dans l’entourage du juge Brault, en charge du dossier.

La suspension de l’enquête autour de la mort de Grégory Villemin était liée à l’annulation en janvier dernier par la cour d'appel de Paris de déclarations tenues en garde à vue par Muriel Bolle qui avait, en 1984, accusé son cousin, Bernard Laroche, d’avoir enlevé le petit garçon. La jeune femme alors mineure s’était ensuite rétractée, probablement suite à des pressions familiales.

Mais Muriel Bolle avait réitéré ses propos à plusieurs reprises devant le juge d'instruction de l'époque et ce procès-verbal n'a pas été annulé. Les magistrats et les gendarmes de la section de recherches de Dijon attendaient impatiemment que ces points de droit soient purgés avant de reprendre l'enquête, explique «Le Parisien». C’est maintenant chose faite. Et l’enquête a pu repartir.

Rappelons qu’à l’été 2017, les époux Jacob - grand-oncle et grand-tante de Grégory - et Murielle Bolle avaient été mis en examens, sur la foi d'expertises en écritures et d'analyses criminelles. Mais cette procédure avait été levée. Ces nouvelles analyses vont-elles, cette fois, permettre à la vérité d’enfin être dévoilée?

Votre opinion

41 commentaires