Justice vaudoise: Affaire Légeret: nouvelle demande de révision rejetée
Publié

Justice vaudoiseAffaire Légeret: nouvelle demande de révision rejetée

Condamné à la prison à vie pour le meurtre en 2005 de sa mère, d'une amie de celle-ci et de sa sœur, François Légeret pointait du doigt la relation entre une magistrate et un juge.

Le Tribunal criminel de Lausanne avait prononcé une peine de prison à vie contre François Légeret (photo) en mars 2010.

Le Tribunal criminel de Lausanne avait prononcé une peine de prison à vie contre François Légeret (photo) en mars 2010.

PATRICK MARTIN-ARCHIVES

La Cour d'appel pénale vaudoise a rejeté une nouvelle demande de révision de François Légeret.

L'homme, condamné à la prison à vie pour le meurtre en 2005 de sa mère, d'une amie de celle-ci et de sa sœur, pointait du doigt la relation entre une magistrate et un juge.

Cette demande de révision de son procès, la quatrième de François Légeret, a été déposée en octobre dernier. Elle se fonde sur la relation sentimentale entre une membre de la Cour de cassation et le président du Tribunal criminel de Lausanne.

Celui-ci avait prononcé une peine de prison à vie contre François Légeret en mars 2010. Quelques mois plus tard, la magistrate avait rejeté un recours du condamné contre ce jugement. En 2014, les deux juges ont annoncé leur liaison et l'un d'entre eux a ensuite démissionné. Reste que pour le condamné, en ne se récusant pas, la magistrate a vicié la procédure de recours.

Comme l'indique ce vendredi 13 juin 24 heures, la Cour d'appel pénale rejette la demande du condamné. La magistrate, devenue juge ordinaire au Tribunal cantonal en 2011, a déclaré à la Cour qu'elle n'avait rencontré son partenaire actuel qu'à une occasion avant de statuer dans cette affaire, lors d'une cérémonie d'assermentation en mai 2010.

«A cette période, les deux intéressés ne se connaissaient pour ainsi dire pas», peut-on lire dans la décision de la Cour pénale. Et d'estimer que la juge n'avait aucune raison de se récuser.

Interrogé par l'ats sur d'éventuelles démarches au Tribunal fédéral, l'avocat de François Légeret, Jean Lob, indique qu«'un recours sera très certainement exercé».

(ats)

Votre opinion