Publié

InterviewAffaire Luca: «Ses parents ont droit à la vérité!»

L'élue italienne Alessandra Mussolini se bat en pasionaria pour faire rouvrir l'enquête sur l'agression de son jeune compatriote en 2002 à Veysonnaz (VS). Interview.

par
Lauret Grabet
L'élue italienne Alessandra Mussolini.

L'élue italienne Alessandra Mussolini.

Depuis un mois et demi, via l'émission «La vita in diretta» diffusée sur Rai Uno, les Italiens s'indignent autour de la mystérieuse agression qui, en 2002 à Veysonnaz (VS), a laissé pour mort le jeune Luca Mongelli, 7?ans à l'époque. La thèse officielle de la justice valaisanne désignant le chien du jeune garçon comme seul coupable fait notamment bondir la députée Alessandra Mussolini. Laquelle, avec d'autres Transalpins haut placés, entend faire rouvrir l'enquête.

Face caméras, vous affichez votre volonté farouche de rendre justice à Luca. Qu'avez-vous entrepris hors champ?

J'ai mis en contact Me Nino Marazzita, le célèbre avocat qui défend désormais les Mongelli, avec le chef du département italien de la justice des mineurs. Ensemble, ils font pression sur la Suisse pour qu'on n'en arrive pas à la prescription de l'affaire le 7 février prochain. J'ai aussi alerté la chancelière et le ministre des Affaires étrangères. Différentes procédures sont en cours et devraient bientôt se concrétiser.

Certains disent que vous voulez doper votre popularité avec cette affaire. Que leur répondez-vous?

Que ce sont les parents de Luca qui ont légitimement médiatisé son cas et que leur combat me touche profondément en tant que femme, mère et Italienne. Exactement comme ces 10?000 personnes qui ont signé une pétition pour rouvrir l'enquête. Comme quoi, le simple citoyen a parfois plus de bon sens que les magistrats.

Qu'est-ce qui vous révolte dans leur enquête?

La manière dont elle a été menée, mais surtout ses conclusions. La thèse officielle implique que c'est le chien qui aurait déshabillé Luca et lui aurait infligé les blessures qui sont les siennes. C'est tout simplement grotesque! C'est une insulte à sa famille, qui a le droit de savoir vraiment qui a laissé leur fils aveugle et paraplégique et comment. Au lieu de ça, la justice semble couvrir les vrais responsables et vouloir masquer ses erreurs. Les reconnaître en reprenant tout de zéro, et notamment en interrogeant Luca et son frère, la grandirait. Il faut écouter les mineurs, sinon à quoi bon parler à tout bout de champ des conventions des droits de l'enfant! Luca a vécu l'agression. Il est le mieux placé pour en parler. Tout comme son frère Marco, qui y a assisté et a dessiné les agresseurs.

Que vous inspire Luca?

Il est admirable. Son sourire, sa joie et son envie de vivre malgré ce qu'il a subi m'impressionnent. Malgré ses lourds handicaps, ce gamin de 17?ans a plein d'amis et se passionne pour le piano. Son amour de la vie et sa grande détermination surpassent tout. L'amour de ses parents l'y aide. Ils ne sont pas dans la vengeance, mais veulent que leur fils obtienne justice. Or, au lieu de ça, depuis dix ans, ceux qui l'ont rendu invalide continuent leur vie comme si de rien n'était. C'est intolérable!

Ton opinion