Affaire Osaka: Roland-Garros plaide non coupable
Actualisé

TennisAffaire Osaka: Roland-Garros plaide non coupable

Les dirigeants du tennis français vantent leur pragmatisme. Ils estiment avoir fait les bons choix face au comportement de la Japonaise.

par
Claude-Alain Zufferey
Naomi Osaka  avait battu la Roumaine Patricia Maria Tig lors du premier tour de ce Roland-Garros 2021.

Naomi Osaka avait battu la Roumaine Patricia Maria Tig lors du premier tour de ce Roland-Garros 2021.

AFP

Naomi Osaka (WTA) avait décidé de quitter la Porte d’Auteuil au lendemain d’une victoire au premier tour. Elle avait écopé d’une amende de 15’000 dollars pour ne s’être pas présentée en conférence de presse suite à cette rencontre.

En fin de tournoi, les organisateurs du Grand Chelem parisien sont revenus sur cet épisode et ont défendu leur approche «pragmatique» dans l’histoire qui les a opposés à la Japonaise, détentrice de quatre titres majeurs.

«Ce que nous avons fait avec les autres tournois du Grand Chelem, il fallait le faire. Nous avons pris la bonne décision»

Gilles Moretton, nouveau président de la Fédération française de tennis

Ils ont expliqué dimanche, qu’ils avaient tout mis en œuvre pour tenter d’avoir une conversation avec la joueuse, à plusieurs reprises. Et ce, avant qu’elle décide de jeter l’éponge pour aller se refaire une santé mentale. «Nous avons essayé de lui parler de plusieurs façons différentes, notamment en bordure des terrains d’entraînement. Et par voie écrite, avant que l’amende ne lui soit infligée», a précisé Amélie Oudea-Castera, directrice générale de la Fédération française de tennis (FFT)

Quant au nouveau président de la FFT, Gilles Moretton, il a défendu ses prises de position: «Ce que nous avons fait avec les autres tournois du Grand Chelem, il fallait le faire. Nous avons pris la bonne décision, même si vous croyez que nous aurions dû nous taire… au sujet de Naomi.»

Une amende maximale de 20’000 dollars

Les joueurs de tennis qui ne se présentent pas en conférence de presse peuvent écoper d’une amende allant jusqu’à 20’000 dollars. «Si vous avez remarqué, l’amende de 15’000 dollars n’est pas le montant maximal prévu pour ce genre d’écart de conduite. C’était voulu. Nous avons souhaité lui faire passer un message. Nous voulions adopter une approche progressive, si jamais elle continuait de ne pas remplir ses obligations», a poursuivi Amélie Oudea-Castera.

Naomi Osaka, dans un long communiqué, s’était expliquée et avait souligné le fait qu’elle était souvent très anxieuse avant de se retrouver face à la presse. Et que depuis sa première victoire à l’US Open, elle avait traversé plusieurs phases de dépression.

Amélie Oudea-Castera a également admis dimanche que «les dirigeants du tennis doivent en faire plus pour aider les joueurs qui sont affectés par des problèmes de santé mentale, ainsi les quatre tournois du Grand Chelem développeront une initiative conjointe sur cet enjeu».

Votre opinion