Hockey: Ah la confiance...
Actualisé

HockeyAh la confiance...

Battu 2 à 1 à Davos, GE Servette souffre de la forme de certains de ses leaders qui auraient besoin d'un but...

par
Christian Maillard
Davos

La confiance est un truc étrange. Elle se balance sur le fil du rasoir puis disparaît. Cela ne s’explique pas. Comme une tempête, elle arrive sans prévenir puis s’en va. Comme elle était venue, dès que le vent se met à tourner. Un sportif, qu’il soit sur une piste, un terrain, du bitume ou de la glace, en a besoin pour «performer». Avec elle, Daniel Yule, Lionel Messi, Usain Bolt, Stefan Küng ou Sydney Crosby sont capables de se transcender les yeux fermés, sans réfléchir. Le sport étant de plus en plus pointu, il y a forcément un travail en amont pour que cette foi ne s’échappe pas, même si la réussite est aussi synonyme de la chance, qui se provoque.

Prenez GE/Servette: mardi à Davos, les Genevois ont tiré 37 fois au but, soit presque trois plus que leur adversaire (14). Mais au final, ce sont les Grisons qui se sont imposés, 2 à 1, sans qu’ils aient volé quoi que ce soit, car ces lancers manquaient de précision et van Pottelberghe, le portier, n’a jamais été masqué. Cette seule réussite genevoise a été obtenue sur le tard par le jeune Deniss Smirnovs, qui lui ne se pose pas de questions ces temps.

Ce n’est pas le cas de tout le monde dans son équipe, à commencer par deux de ses coéquipiers, des leaders, qui ne parviennent plus à faire trembler les filets.

Le premier, Tanner Richard, se cherche depuis vingt-cinq matches. Il n’a plus inscrit le moindre but depuis le 28 septembre aux Vernets, c’était contre Fribourg. Depuis, même pas une bonne passe lumineuse dont il avait le secret et il rumine sa frustration. Le Canado-Suisse se donne toutefois de la peine mais comment extraire de la lumière de sa nuit noire? Mardi, il a été aligné dans la troisième ligne avec Stéphane Patry et Timothy Kast où il a excellé dans le rôle de l’homme invisible. Lui et son entourage sont conscients qu’il suffirait de trois fois rien pour qu’il retrouve la solution à ses problèmes et cette satanée confiance. Les Aigles qui rêvent de sommet auront besoin de lui en pleine possession de ses moyens lors des play-off.

Ge/Servette compte également sur un retour en forme de Tommy Wingels, son sniper qui a perdu sa tenue de top-scorer depuis qu’il court, lui aussi, après la réussite. L’Américain, n’a plus inscrit son nom sur une feuille de match depuis ce fameux match du 23 janvier contre les Zurich Lions et cette défaite de 9 à 6 aux Vernets. Quatre matches où il marque le pas, c’est long pour un attaquant qui avait l’habitude de faire honneur à son casque jaune depuis le début de la saison. Comme Tanner Richard, il suffirait d’un éclair dans la grisaille, d’un trait de génie. Avec la confiance, tout est possible...

Retrouvez le compte-rendu de la partie de mardi en cliquant ici.

Christian Maillard, Davos

Votre opinion