Actualisé

Emeutes anti-américainesAl-Qaïda derrière l'attaque à Benghazi

L'attaque contre le consulat américain à Benghazi «venge» la mort du numéro 2 d'Al-Qaïda, selon le réseau extrémiste. Un Californien soupçonné d'avoir des liens avec la production du film islamophobe a été entendu par des agents fédéraux.

1 / 56
Une nouvelle manifestation a eu lieu lundi dans le nord à majorité musulmane du Nigeria pour dénoncer le film islamophobe produit aux Etats-Unis. ( Lundi 24 septembre 2012)

Une nouvelle manifestation a eu lieu lundi dans le nord à majorité musulmane du Nigeria pour dénoncer le film islamophobe produit aux Etats-Unis. ( Lundi 24 septembre 2012)

AFP
AFP
AFP

La branche yéménite d'Al-Qaïda a appelé samedi les musulmans à poursuivre les manifestations et à tuer de nouveaux diplomates américains en représailles au film islamophobe diffusé sur internet. Le mouvement de protestation se poursuivait à travers le monde musulman, et ailleurs, jusqu'en Australie.

Au Caire, après quatre jours de heurts, la police anti-émeutes égyptienne a bouclé le quartier de la mission américaine et a évacué la place Tahrir, située à quelques centaines de mètres de l'ambassade. En milieu de matinée, le calme était revenu et la circulation avait repris. Plus de 200 personnes ont été arrêtées et 54 placées en détention.

Les talibans afghans, affirmant avoir agi en représailles à la diffusion de la vidéo «L'innocence des musulmans», ont revendiqué l'attaque d'une base militaire du sud de l'Afghanistan qui s'est soldée par la mort de deux Marines américains.

Les assaillants, qui ont fait usage de mortier, de lance- roquettes et d'armes légères, ont visé Camp Bastion, base de la province d'Helmand où se trouvait le prince Harry, membre de la famille royale britannique. Le prince s'est est sorti indemne.

Une vengeance

L'attaque contre le consulat américain à Benghazi, dans l'est de la Libye, «venge» la mort du N.2 d'Al-Qaïda, Abou Yahya al-Libi, a affirmé la branche yéménite Aqpa, selon le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE. Sur son site internet, Aqpa a en outre appelé les musulmans à se débarrasser des ambassades américaines pour se libérer de l'»hégémonie» des États-Unis.

«Ceux qui croisent des ambassadeurs ou des émissaires américains doivent suivre l'exemple des descendants d'Omar al Moukhtar (les Libyens) qui ont tué l'ambassadeur américain», a déclaré le groupe. Il faisait référence à l'attaque menée mardi contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi et dans laquelle l'ambassadeur Christopher Stevens et trois autres Américains ont été tués.

Aqpa estime que le film amateur réalisé aux États-Unis, qui dépeint le Prophète comme un homme à femmes et un imposteur, constitue un nouveau chapitre de la croisade menée contre l'islam.

«Pas accepté par Dieu»

Contrairement à Al-Qaïda, le Grand Mufti d'Arabie saoudite, plus haute autorité religieuse du pays, a condamné les attaques contre les représentations diplomatiques. Attaquer des innocents et des diplomates «n'est pas accepté par Dieu», a-t-il déclaré après avoir condamné aussi le film, une position conforme à celle des autorités libyennes.

Mohamed Morsi, premier président égyptien élu librement et membre des Frères musulmans, a pour sa part condamné le film offensant le Prophète, rejeté la violence qui en a découlé et garanti la protection des missions diplomatiques.

Sydney et Paris

Les autorités libyennes mènent de leur côté une enquête et ont annoncé avoir identifié cinquante personnes impliquées dans l'attaque de Benghazi. Quatre d'entre elles ont été arrêtées.

L'attaque de l'ambassade américaine à Tunis vendredi, également provoquée par la diffusion du film, a finalement fait quatre morts et 46 blessés. A Sanaa au Yémen, plusieurs centaines de personnes ont assisté aux obsèques d'un jeune homme tué dans des heurts avec la police anti-émeutes lors de l'attaque de l'ambassade américaine jeudi.

Les manifestations se sont également propagées en dehors du monde arabo-musulman. A Sydney, en Australie, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues. Pierres et bouteilles ont été lancées sur la police anti-émeutes. Les heurts ont blessé huit manifestants et six membres des forces de l'ordre.

Aux Etats-Unis enfin, un copte égyptien de la région de Los Angeles, soupçonné d'avoir des liens avec la production de la vidéo, s'est rendu volontairement auprès des agents fédéraux pour être interrogé. Condamné auparavant pour fraude bancaire, il pourrait avoir violé les conditions de sa liberté conditionnelle.

Les manifestations gagnent l'Europe

Les protestations contre le film islamophobe qui a embrasé le monde musulman ont atteint l'Europe. Samedi, des rassemblements ont eu lieu à Paris et dans la ville belge d'Anvers. Plusieurs dizaines de personnes ont été interpellées.

A Paris, une manifestation non autorisée, émaillée de quelques violences, a eu lieu près de l'ambassade américaine. Cent cinquante personnes ont été interpellées et amenées au commissariat pour contrôle d'identité.

Un ou deux manifestants ont été ensuite placés en garde à vue pour outrage et violences sur des fonctionnaires. Quatre policiers ont été légèrement blessés.

Quelque 120 personnes ont été interpellées samedi à Anvers, dans le nord de la Belgique, à l'issue d'une manifestation de protestation contre le film dénigrant l'islam. Le rassemblement a dégénéré en bagarres avec les forces de l'ordre, a indiqué la police locale.

La manifestation a d'abord rassemblé quelques dizaines de personnes, surtout des jeunes, dans le quartier à forte population musulmane de Borgerhout. Les manifestants lançaient des slogans hostiles aux Etats-Unis et à la gloire du prophète Mahomet. Un drapeau américain a également été brûlé, selon des images de la télévision belge RTBF.

(ats, ap)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!