Fuites au DFI: Alain Berset sous le feu des critiques dans l’affaire des «Corona-Leaks»

Publié

Fuites au DFIAlain Berset sous le feu des critiques dans l’affaire des «Corona-Leaks»

Des infos confidentielles provenant de son département ont été divulguées à la presse pendant la pandémie. Des élus réclament désormais sa démission.

Alain Berset est victime de fuites.

Alain Berset est victime de fuites.

20 Minuten/Simon Glauser

Alain Berset est sous le feu des critiques depuis les révélations samedi de la «Schweiz am Wochenende» sur la base d’e-mails et de procès-verbaux d’auditions de son chef de la communication par le procureur extraordinaire Peter Marti. En effet, selon le journal, Peter Lauener aurait transmis à plusieurs reprises au groupe Ringier des informations confidentielles sur les mesures Covid prévues par le Conseil fédéral. Ce qui permettait au «Blick» d’annoncer avant tout le monde les décisions du gouvernement.

Des élus demandent désormais une clarification de cette affaire des «Corona-Leaks», comme l’écrit dimanche la «SonntagsZeitung». «Quelqu’un devrait clarifier si Alain Berset dit la vérité», demande ainsi le vice-président du PLR, Andrea Caroni. Le conseiller national UDC Alfred Heer va encore plus loin et demande même la démission de l’actuel président de la Confédération. C’est «grave dans quoi se sont laissé entraîner les collaborateurs d’Alain Berset et le 'Blick’», lance-t-il. Cela n’a rien à voir avec un travail politique sérieux et un journalisme indépendant, critique-t-il. La confiance en le ministre fribourgeois est «tombée en dessous de zéro», estime-t-il.

Alain Berset refuse de commenter des «fuites illégales»

Selon la «SonntagsZeitung», la question se pose désormais de savoir si Alain Berset était au courant que Peter Lauener avait transmis des informations secrètes à Ringier, ou pire, s’il avait lui-même chargé son chef de la communication de le faire. Lors de son audition par Peter Marti, le président de la Confédération a nié être au courant. Mais pour Andrea Caroni, il est «difficilement imaginable» que le conseiller fédéral n’ait rien su des actions présumées de son chef de la communication. «Et s’il n’a vraiment rien remarqué, c’est dans ce cas un échec de sa direction», estime-t-il.

Interrogé samedi soir dans l’émission Forum de la RTS, le conseiller fédéral a refusé de commenter une information qu’il juge issue de fuites illégales (les documents publiés samedi donc). «Je devrais commenter des fuites illégales, que je dois dire par ailleurs assez scandaleuses, alors qu’une procédure pénale qui n’est pas dirigée contre moi est en cours? Mais dans quel monde vit-on? Je ne peux pas faire ça», a-t-il déclaré. Alain Berset a néanmoins confirmé qu’une procédure pénale était en cours.

(cht)

Ton opinion

47 commentaires