12.08.2020 à 09:54

FootballAlain Gaspoz a été le guide du PSG en Algarve

L’ancien joueur du FC Sion a organisé le stage de Neymar & Cie à Faro. Il en parle. Ce mercredi, les Parisiens seront à l’épreuve de l’Atalanta Bergame pour un nouveau rendez-vous capital.

par
Nicolas Jacquier
Le bus du PSG, stationné sous le soleil de l’Algarve.

Le bus du PSG, stationné sous le soleil de l’Algarve.

DR

Après une série d’échecs retentissants dans sa quête d’une Ligue des champions qui se refuse désespérément à lui, le PSG disputera ce mercredi soir à Lisbonne un nouveau match capital contre l’Atalanta - un quart de finale peut-être plus ouvert qu’il n’y paraît. Pour préparer au mieux ce rendez-vous, rien n’a été laissé au hasard du côté français. Le club parisien est ainsi arrivé dès samedi au Portugal, pour un mini-stage de trois jours à Faro, en Algarve. Un séjour organisé par Alain Gaspoz pour le compte de MCI Sport, la société qui l’emploie depuis trois ans.

Un luxueux complexe en bord de mer

A 50 ans, l’ancien joueur de notamment Lugano, Zurich, Servette et Sion (où il avait mis un terme à sa carrière en 2007) a vécu de l’intérieur la préparation du PSG qui, avant de mettre mardi le cap sur Lisbonne, avait pris ses quartiers à Quinta do Lago, au très select Wyndham Grand Algarve, un imposant et luxueux complexe situé près du parc naturel de Ria Formosa, à 20 km de l’aéroport. Dans un premier temps, le PSG avait opté pour un hôtel à Cascais, plus proche de Lisbonne, mais l’option avait déjà été réservée par le Bayern Munich.

«On leur a présenté plusieurs sites en Algarve et ils ont flashé sur Quinta do Lago, explique leur guide. Ils ont vu que c’était top. La moitié de l’hôtel a été privatisée pour eux. Voici deux ans, on avait fait l’inauguration en amenant ici l’Olympique Marseille.» La Croatie y possède aussi ses habitudes.

On s’aperçoit tout de suite que Neymar est le leader du groupe. Tout tourne autour de lui et passe par lui»

Alain Gaspoz

Durant les 72 heures durant lesquelles il a pu accompagner le PSG, Alain Gaspoz a été frappé par l’ambiance qui y régnait. «J’ai senti les joueurs contents d’être là, en même temps déjà concentrés sur leur objectif. Cela ne les empêchait pas de chanter après chaque entraînement.» Avec un ambianceur nommé Neymar. «On s’aperçoit tout de suite que c’est le leader du groupe. Tout tourne autour de lui et passe par lui.»

Les joueurs avaient l’interdiction de toucher un stylo

Si les joueurs ont pu croiser quelques touristes ou fans égarés, les règles de distanciation ont empêché le moindre rapprochement. «Dorénavant, il n’y a plus ni selfie ni autographes. Les joueurs avaient même l’interdiction de toucher un stylo.» Thomas Tuchel, lui, se déplaçait toujours avec des béquilles. L’avant-veille du départ pour le Portugal, le coach allemand du PSG s’était blessé lors d’un footing, souffrant d’une entorse et d’une fracture du 5e métatarsien, la même blessure subie par Neymar deux ans plus tôt.

Le jour même de l’arrivée du PSG, Gaspoz a aussi croisé Virgil Van Dijk, le défenseur de Liverpool. «Il a passé quelques jours pour se préparer. Dans les parages, il y avait aussi John Terry et d’autres sportifs de renom…»

Sur place, l’ancien footballeur a notamment croisé Virgil Van Dijk, le défenseur de Liverpool.

Sur place, l’ancien footballeur a notamment croisé Virgil Van Dijk, le défenseur de Liverpool.

Ce soir, l’ancien défenseur de Tourbillon sera devant sa TV. A l’heure du pronostic, il mise sur une courte victoire du PSG. «Mais cela ne sera pas aisé. La plus grande fraîcheur physique du PSG pourrait faire la différence en fin de match. Vendredi dernier, j’avais été impressionné par la démonstration de Manchester City contre le Real…»

En Algarve, Alain Gaspoz a retrouvé le Portugais João Manuel Pinto, avec lequel il avait joué sous le maillot du FC Sion.

En Algarve, Alain Gaspoz a retrouvé le Portugais João Manuel Pinto, avec lequel il avait joué sous le maillot du FC Sion.

DR

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
5 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jackass

12.08.2020 à 10:26

Qu'est ce qu'il ferait pas pour parler de Sion...