22.11.2020 à 08:15

FootballAlain Geiger: «Servette repart de zéro»

Après cinq semaines de pause forcée, les Grenat retrouvent la compétition contre Lugano, le leader, dimanche.

von
Daniel Visentini
Comme certains de ses joueurs, Alain Geiger a été touché par le Covid-19. Il dit comment Servette a vécu ses cinq semaines sans compétition, dont dix jours en quarantaine. Et il évoque la venue du leader dimanche, Lugano, pour ce qui s’apparente à un nouveau départ.

Comme certains de ses joueurs, Alain Geiger a été touché par le Covid-19. Il dit comment Servette a vécu ses cinq semaines sans compétition, dont dix jours en quarantaine. Et il évoque la venue du leader dimanche, Lugano, pour ce qui s’apparente à un nouveau départ.

ERIC LAFARGUE

D’abord, ce sont les autres équipes qui ont été touchées, provoquant le report de deux matches. Puis des Servettiens eux-mêmes ont été testés positifs, dont Alain Geiger. Tout le contingent s’est retrouvé en quarantaine. Enfin, il y a eu la pause internationale. Au final: cinq semaines de pause pour Servette. Le dernier match, c’était Servette-YB, le 17 octobre.

Il y a plus d’un mois, Lugano n’était que quatrième au classement. Ce dimanche (16 heures), les Grenat accueillent des Tessinois désormais leaders de Super League, après deux victoires supplémentaires. Matches disputés disparates, préparations des uns et des autres au sein de l’équipe, circonstances particulières avec la deuxième vague de Covid, semaines anglaises qui recommencent: de tout cela, Alain Geiger parle sans détour.

Alain Geiger, peut-on parler de nouveau départ pour Servette après une si longue période sans compétition?

Oui, Servette repart de zéro. On a coutume de dire qu’il faut au minimum six à huit matches de suite pour trouver une cadence, un rythme, des automatismes. Alors là, après plus d’un mois sans jouer, c’est simple: on oublie les quatre premières rencontres. C’est une nouvelle compétition qui commence, c’est comme cela qu’il faut le prendre.

Comment Servette a-t-il géré cette pause, entre les renvois et la quarantaine imposée à toute l’équipe, due à plusieurs cas de Covid (8 au total)?

Comme durant la pause du printemps: en donnant des devoirs à domicile. À ceux qui pouvaient les faire, qui n’étaient pas touchés par la maladie. Plusieurs joueurs ont été équipés de vélos d’appartement, il y avait bien sûr un suivi. Mais ce n’est pas évident, forcément.

Vous avez vous-même été touché par le virus: comment avez-vous traversé l’épreuve et comment allez-vous?

J’ai eu les symptômes classiques: courbatures, un peu de fièvre, perte du goût et de l’odorat. Il a fallu attendre plusieurs jours avant que cela ne passe. Maintenant, je vais bien. Le goût et l’odorat reviennent gentiment.

Quelles sont les conséquences au quotidien pour le groupe, qui n’a repris les entraînements qu’il y a une dizaine de jours?

Des mesures plus strictes encore ont été prises. Par exemple, à la mi-temps du Servette-Lugano de dimanche, tout le monde portera un masque dans le vestiaire. Nous voulons limiter au maximum l’éventuelle propagation du virus, même si tout le monde a été négatif lors du dernier test. C’est un devoir. Quand on voit que quelqu’un comme Walter Heuri, une légende du club, a été emporté à 81 ans par le Covid alors qu’il était bien jusque-là, c’est affreux.

Malgré tout cela, il y a un match à préparer, contre Lugano, leader de la Super League: avez-vous pu récupérer Stevanovic et Schalk, qui étaient blessés?

Micha (ndlr: Stevanovic) n’est pas encore à disposition. Il ne sera pas dans le groupe dimanche, pas plus qu’il ne devrait l’être pour le match à Sion, mercredi prochain. Il vient à peine de retrouver l’équipe, après sa blessure au ligament externe du genou, à Saint-Gall (ndlr: 4 octobre). Alex (ndlr: Schalk) est incertain. C’est une blessure musculaire, nous ne voulons pas prendre de risques avant les semaines anglaises qui nous attendent. Il y a aussi Fofana, qui doit purger son match de suspension après son expulsion contre YB.

En fait, Servette n’a qu’un match amical dans les jambes, contre Stade-Lausanne-Ouchy, samedi passé. Une défaite 3-1, avec système 3-5-2 testé…

Oui, c’était vraiment un match d’entraînement. Il y avait encore un décalage entre ceux qui avaient eu le Covid et les autres, nous sortions à peine de quarantaine. Nous avons testé un 3-5-2, c’est vrai. L’idée, c’est d’avoir un schéma supplémentaire à disposition, le cas échéant. Mais ce n’est pas comme cela que nous jouerons contre Lugano.

Justement: Lugano, une équipe contre laquelle Servette a toujours rencontré des problèmes…

C’est juste. Lugano, ce n’est peut-être pas le plus beau football présenté, esthétiquement parlant. Mais le résultat doit nous inspirer: c’est le leader, une équipe qui sait être très solide défensivement et très efficace devant. À nous de trouver les solutions. Il faudra être prêt mentalement. Les mots d’ordre, c’est rigueur et efficacité.

Un mot sur Gaël Clichy. Depuis quelques jours, l’ex-international français de 35 ans, ex-Arsenal, ex-Manchester City, qui s’est installé avec sa famille à Genève, s’entraîne avec Servette: il est libre, va-t-il s’engager?

Gaël Clichy, 35 ans, champion d’Angleterre avec Arsenal et Manchester City, s’entraîne avec Servette. Il est libre depuis son départ de Turquie cet été (Basaksehir). Il est en forme de l’aveu des joueurs servettiens. Sera-t-il bientôt grenat?

Gaël Clichy, 35 ans, champion d’Angleterre avec Arsenal et Manchester City, s’entraîne avec Servette. Il est libre depuis son départ de Turquie cet été (Basaksehir). Il est en forme de l’aveu des joueurs servettiens. Sera-t-il bientôt grenat?

Photo A.C.-Servette FC

Il s’entraîne avec nous, oui. Le reste ne m’appartient pas. Mais je crois qu’il aimerait bien. Pour Servette, ce serait intéressant. Au poste de latéral gauche, nous n’avons que Mendy, Iapichino étant parti. Clichy pourrait nous apporter son expérience, ce serait bénéfique pour les jeunes aussi de côtoyer un tel joueur.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
10 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Réflexion

22.11.2020 à 11:42

On fait des plats pour ce sport débile.... c'est tellement stupide !... Allez y cliquez Absurde, Détestable, c'est tellement vrai pour ce sport.

Chef Chaudard

22.11.2020 à 09:28

Et là ? pas un petit mot sur le fait que le vétéran Clichy prendrait la place d'un jeune genevois ? Histoire d'agrémenter sa retraite fiscale au bout du lac ? Ah non, j'oubliais que ces remarques perfides ne concerne que le LS ... mille excuses.

B Aeschlimann

22.11.2020 à 09:21

Il n'y pas de deuxième vague, juste des tests faux et archifaux, aucun joueur n'a été l'hôpital, on prend en otage le pays, le sport etc. Simplement parce qu'on travaille avec des données erronées. De simple grippe ou bronchite et on crie au loup. Dans cette période il est normal d'être malade personne n'en s'est jamais inquiété ni porté de masque. Etes-vous capable encore de discernement ? Avec toutes les prédictions qui se sont révélées fausses depuis le début de l'histoire on devrait finir par comprendre que rien n'est fiable, on vit vraiment dans un monde d'illusions qu'on continue d'entretenir. Fiez-vous aux vrais experts (qu'on critique) plutôt que ceux qui préconisent des bullshits que les agences de presse s'empressent de répéter mêmes si plus tard on a rectifié le tir. On se moque de la population dont une partie est morte de trouille et une autre tellement angoissée qu'elle baisse la tête de peur d'attraper quelque chose. Avez-vous encore une conscience vous les journalistes