Hockey sur glace: Alain Miéville: «On est déjà à la maison!»
Publié

Hockey sur glaceAlain Miéville: «On est déjà à la maison!»

Lausanne disputera vendredi soir son premier match dans sa nouvelle patinoire provisoire, Malley 2.0. Le début d’une histoire d’amour?

par
Cyrill Pasche
Lausanne

Une imposante structure métallique, des gradins sous forme d’échafaudages, et surtout une belle promesse: Malley 2.0, cette patinoire provisoire «de luxe» pouvant accueillir jusqu’à 6700 supporters, sera assurément très bruyante.

Tout a été mis en œuvre pour que les Lions, qui y passeront deux saisons, s’y sentent à l’aise. «Les vestiaires, pour commencer, ressemblent à ceux de Malley. On y est vraiment à l’aise. La perspective d’y jouer notre premier match nous réjouit et motive tous. La glace est très bonne, et cette patinoire peut devenir un atout pour nous cette saison», souligne Alain Miéville.

Il ne manque à vrai dire qu’une seule chose à Malley 2.0: une histoire. «C’est à nous de l’écrire, explique le coach Dan Ratushny. A nous de faire en sorte d’apporter de bonnes vibrations dans cette patinoire.»

La nécessité d'un match référence

Les Lions espèrent l’amadouer au plus vite et en faire une forteresse. «Nous entamons une période excitante de l’histoire du club, a expliqué le capitaine John Gobbi. Nous sommes les derniers à avoir joué dans l’ancienne patinoire, nous sommes les premiers à jouer dans Malley 2.0, et certains d’entre nous, dans deux ans, inaugureront le nouveau stade.»

De l’excitation, de l’électricité et une belle ambiance. Voici ce qui attend l’adversaire du jour, le HC Bienne, six points en trois sorties, soit cinq unités d’avance sur un LHC qui compte certes un match en moins mais peine encore à décoller dans ce championnat. «Attention à cette équipe, qui est capable de mettre de la vitesse dans son jeu», prévient Ratushny.

«Nous avons montré de belles choses mardi à Zoug, même si nous étions trop crispés en début de match. Nous avons de bonnes raisons d’être optimistes pour la suite.» Le potentiel des Vaudois est indéniable, tout juste leur manque-t-il encore un match référence et un déclic. «Il sera important de remporter ce premier match à domicile, d’autant plus que nous nous déplacerons à Davos le lendemain», prévient Miéville. Face aux Biennois, seul Eric Walsky, blessé, manquera à l’appel.

Votre opinion