Voile: Alan Roura termine 11e de la Fastnet Race

Publié

VoileAlan Roura termine 11e de la Fastnet Race

Le navigateur genevois, accompagné de son son binôme Sébastien Audigane, ont terminé la mythique épreuve en 2 jours 5 heures 13 minutes et 48 secondes.

par
Sport-Center
Alan Roura et Sébastien Audigane avaient le sourire après le passage de la ligne d'arrivée.

Alan Roura et Sébastien Audigane avaient le sourire après le passage de la ligne d'arrivée.

La Fabrique Sailing Team

Dix jours après son record de l'Atlantique Nord en solitaire, Alan Roura refait parler de lui. Après un finish plein de suspense, le skipper de «La Fabrique» termine 11ème de la Rolex Fastnet Race 2019, au coude à coude avec les bateaux de Fabrice Amédéo et Giancarlo Pedote, respectivement 9ème et 10ème. Le Genevois et son co-skipper ont passé la ligne à 18h58 (heure suisse) lundi.

Relégués en fin de flotte dans les premières heures de course après un départ compliqué, Alan Roura et Sébastien Audigane auront tout donné pour refaire leur retard. Depuis le passage du phare du Fastnet, l'IMOCA suisse a en effet fait parler la poudre, à des vitesses flirtant constamment avec les 20 noeuds et réduisant l'écart d'heure en heure. Encore 15ème au pointage samedi soir, le duo Roura-Audigane aura donc repris 4 places en moins de 24 heures et? en finit avec sa première course officielle de la saison en 2 jours 5 heures 13 minutes et 48 secondes. À seulement 12 minutes du Top 10.

«On est explosés, fatigués, on a mal partout, les mains en sang, mais ça va, a commenté Roura après son arrivée. On est cramé parce que le convoyage de dernière minute avec une arrivée au matin du départ n'a pas aidé. On est parti déjà un peu fatigué et le début de course a été assez usant, dans très peu d'air. Malgré mon record de l'Atlantique il y a quelques semaines, je pense que c'était une bonne chose de participer à cette Rolex Fastnet Race. Le timing était vraiment serré, mais ça nous a permis de nous entraîner avec Seb, d'être tout de suite en mode course, dans le jus. Et puis comme ça, on a commencé par le pire, avec un bateau et un marin fatigués!»

Si l'objectif avoué n'a pas été atteint, cette course en double avait d'abord pour vocation de roder le binôme avant la Transat Jacques Vabre, dont le départ sera donné début novembre. «Même si le classement n'est pas vraiment celui qu'on voulait, c'était un bon test, a repris Roura. Le duo fonctionne au top, on a vu ce qu'on voulait modifier ces prochaines semaines, on s'est entraînés en double… On va en tirer nos enseignements et faire ce qu'il faut pour améliorer encore tout ça!»

Ton opinion