Actualisé 19.02.2020 à 10:55

Alcool, vitesse: les Romands sont les pires conducteurs

Infog

Les Neuchâtelois, Vaudois, Fribourgeois, Jurassiens et Valaisans perdent beaucoup plus souvent leur permis que la moyenne des Suisses.

par
lematin.ch
Boire et conduire est bien une spécialité latin, selon les statistiques suisses 2018 sur les retraits de permis.

Boire et conduire est bien une spécialité latin, selon les statistiques suisses 2018 sur les retraits de permis.

iStock

Les Neuchâtelois et Vaudois sont les rois des retraits de permis. Les Fribourgeois se moquent des limitations de vitesse. Les Valaisans et Jurassiens roulent ivres… L’émission de la RTS «TTC» a eu la bonne idée d’exploiter les données 2018 des retraits de permis de l’Office fédéral de la statistique. Et les résultats sont affligeants pour les Romands.

«TTC» a d’abord calculé les retraits de permis par tranche de 1000 conducteurs. Comme on le voit sur ce graphique, les Neuchâtelois sont les pires du pays avec 17,6 retraits pour 1000 conducteurs. Les Vaudois suivent. En fait, sans compter Berne, bilingue mais majoritairement alémanique, tous les cantons romands sont mal classés sauf Genève.

Le détail a ensuite été effectué pour les retraits pour des excès de vitesse, là aussi proportionnellement au nombre de conducteurs. Les Romands se distinguent en trustant quatre des cinq pires places. Fribourgeois, Neuchâtelois, Vaudois et Genevois écrasent beaucoup plus le champignon que la moyenne nationale. En matière de vitesse, seuls les Jurassiens et Bernois s’en tirent honorablement parmi les Romands.

Les retraits pour cause d’ivresse au volant ont également été décortiqués. Le verdict est sans appel: les sept pires places sont toutes occupées par des cantons latins… Tiercé «gagnant» de ceux qui roulent sous l’emprise de l’alcool: les Valaisans, les Tessinois et les Jurassiens.

La morale? Ces données ne disent pas tout, car les retraits sont liés à l’activité des différents corps de police, plus ou moins actifs sur les routes. Ou encore à la configuration d’un canton. Ainsi, note la RTS, les Fribourgeois sont par exemple les conducteurs de Suisse qui parcourent le plus de kilomètres par jour: 34,2. Ils sont donc tendanciellement plus «exposés» aux excès de vitesse. A L’inverse, si les Genevois ne sont pas mal classés, c’est aussi peut-être en partie car ils n’effectuent que de courts trajets en moyenne.

Mais malgré ces bémols le constat reste clair: il existe bien une différence culturelle entre les deux côtés de la Sarine pour le comportement sur les routes. Et il n’est pas flatteur pour les Romands. Rappelons enfin qu’avec l’inattention, la vitesse et l’alcool font partie des principales causes d’accidents.

Renaud Michiels, infographie TTC/Yannick Michel

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!