Cinéma – Alec Baldwin voudrait des policiers sur les tournages pour superviser les armes

Publié

CinémaAlec Baldwin voudrait des policiers sur les tournages pour superviser les armes

Après le drame qui a endeuillé le tournage du western «Rust», l’acteur américain juge nécessaire la présence d’un agent payé par la production pour contrôler les armes.

Alec Baldwin estime que «chaque tournage de cinéma ou de télévision qui utilise des armes à feu, factices ou non, devrait avoir sur le plateau un policier».

Alec Baldwin estime que «chaque tournage de cinéma ou de télévision qui utilise des armes à feu, factices ou non, devrait avoir sur le plateau un policier».

AFP

Des policiers devraient être présents sur tous les tournages ayant recours à des armes à feu, a déclaré, lundi, l’acteur Alec Baldwin, qui a tué accidentellement, le mois dernier, une cinéaste en répétant une scène de film avec un revolver qu’on lui avait présenté comme inoffensif. «Chaque tournage de cinéma ou de télévision qui utilise des armes à feu, factices ou non, devrait avoir sur le plateau un policier payé par la production pour s’assurer de la sécurité des armes», a tweeté Alec Baldwin.

Le 21 octobre, la directrice de la photographie du western «Rust», Halyna Hutchins, avait été mortellement blessée par un coup de feu tiré par l’acteur américain, qui répétait une scène où il devait dégainer son revolver. L’arme lui avait été présentée comme «froide», ce qui signifie qu’elle était censée être inerte et inoffensive dans le jargon du cinéma. Mais elle contenait une munition réelle.

«Une chance sur mille milliards»

L’armurière Hannah Gutierrez-Reed, responsable des armes à feu sur le tournage, a affirmé qu’elle ignorait tout de la présence d’une munition réelle, en théorie bannie des tournages par les règles très strictes de l’industrie. L’enquête de police est toujours en cours et, si aucune arrestation n’a eu lieu, des poursuites pénales ne sont pas exclues si des responsabilités étaient établies.

Alec Baldwin, qui est aussi producteur de «Rust», avait déploré cet «accident», qui avait selon lui «une chance sur mille milliards» de se produire. L’acteur américain dit ne pas pouvoir s’exprimer sur les faits eux-mêmes tant que l’enquête est en cours.

Armes factices, effets spéciaux

Depuis le drame, les voix se sont multipliées pour demander un meilleur contrôle des armes à feu sur les tournages, voire leur abandon pur et simple au profit d’armes factices et d’effets spéciaux ajoutés par la suite. Une pétition en ce sens avait recueilli 110’000 signatures, lundi, et l’acteur vedette Dwayne Johnson, l’un des mieux payés au monde, s’est engagé, la semaine dernière, à ne plus utiliser d’armes à feu réelles pour ses films.

(AFP)

Ton opinion